Enquête sur les mystérieuses ressources financières inépuisables du comité Traoré! - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu
Le site docjeanno.fr ® News est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant docjeanno.fr ® News en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut


NOUVEAU ICI ► 01 Cnews®


mardi 7 juillet 2020

Enquête sur les mystérieuses ressources financières inépuisables du comité Traoré!

Qui paye ? Manifestations, plaintes, contre-expertises, t-shirts et communication... Le comité Traoré semble jouir de ressources financières inépuisables pour mener son combat contre la justice depuis quatre ans. Valeurs actuelles a tenté d'y voir un peu plus clair. Enquête.

Enquête sur les mystérieuses ressources financières inépuisables du comité Traoré!

Par : Amaury Bucco | valeursactuelles.com

Le 13 juin dernier, tandis que les médias relayaient en boucle les images de la manifestation anti-police et antiraciste qui se déroulait place de la République, à Paris, à l’initiative du comité Traoré, une question s’immisçait sur les réseaux sociaux : qui finance le comité Traoré ? Camions, sonorisation, distribution de t-shirts, plaintes à répétition, contre-expertises, avocat prestigieux, train de vie des militants, conférences, communication... Depuis quatre ans, les ressources financières du comité Traoré semblent inépuisables, et les médias si prompts à enquêter, bien peu pressés de se pencher sur les nébuleuses ressources du comité, au point de nourrir les fantasmes les plus fous. Nos révélations sur le montant récolté par l’opaque cagnotte officielle du comité, qui a franchi la barre des 200 000 euros fin juin, ont permis de donner un premier faisceau d’indice. Le magazine Causeur révélait de son côté qu’Assa Traoré avait bénéficié d’un arrêt maladie d’un an après la mort de son frère Adama, via l’Œuvre de protection des enfants juifs-Baron Edmond de Rothschild, alors qu’elle militait déjà.

Mais ce n’est pas tout. Assa Traoré et le comité articulé autour de son frère défunt disposent de ressources supplémentaires, difficiles à évaluer, mais bel et bien existantes. D’après les informations recueillies auprès du Journal officiel, Assa Traoré a créé l’association Adama le 3 octobre 2016 (trois mois après la mort de son frère), auprès de la préfecture du Val-de-Marne. L’association a officiellement pour but d’effectuer « des prestations de services : conseil en matière juridique, professionnelle, administrative, éducative, sociale (insertion sociale et culturelle en France) ; manifestations publiques : réunions publiques, pique-niques, manifestations, évènements sportifs, spectacles, l'exercice d'activités économiques : vente et achat de produits conformément au code du commerce article L442-7, investissements en France et à l'étranger ; humanitaire : voyages culturels, des dons en France et à l'étranger ».

Quatre ans plus tard, le comité Traoré a multiplié ses revenus en surfant sur les largesses de son objectif associatif. Outre la cagnotte officielle créée sur la plateforme Okpal, qui encaisse toujours des dons (tout comme l'association peut le faire directement), d’autres cagnottes ont vu le jour, comme celle créée en juillet 2016 par une certaine Karine Piron, qui a totalisé 897 participants, ou encore celle créée plus récemment le 10 juin 2020, qui a recueilli la modique somme de 265 euros. Parmi les sources de revenus majeures du comité, on trouve aussi la vente des t-shirts « justice pour Adama, sans justice vous n’aurez jamais la paix » créés en 2016 et officiellement vendus depuis pour « financer la lutte ».

Les t-shirts, vendus depuis septembre 2016, régulièrement en rupture de stock

« Le t-shirt est devenu le seul moyen légal qui permet aux familles de se payer une défense juridique de qualité. Ces t-shirts font office d'étendard pour les familles mais ils sont aussi de moyen de soulèvement de fonds », expliquait un membre du comité Traoré, au média Mouv, en juin dernier. Plus concrètement, les t-shirts représentent un business lucratif et bien rodé pour le comité, qui en a fait un véritable étendard militant, massivement arboré à chaque manifestation publique. Dès septembre 2018, un t-shirt à modèle unique (sur fond noir), avec une police bien reconnaissable, est disponible à la vente. « Pour avoir des tshirt il faut contacter Yssoufe Traore au 07… » peut-on lire dans un post datant du 20 septembre 2016 sur la page Facebook du comité Traoré. Deux mois plus tard, le même Yssoufe Traoré, responsable de la vente des t-shirts, est arrêté pour outrage à agent avec son frère Bagui. Pas de quoi mettre fin au business des t-shirts puisque ceux-ci sont vendus en parallèle, depuis début septembre, sur le site bboykonsian.com ...   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub