VIDÉO : «Le bras d’honneur d’Erdogan à l’histoire européenne!» A la conquête de Sainte-Sophie ancien phare de la chrétienté orientale

La nouvelle a fait la Une ces derniers jours en Europe, en Russie, aux États-Unis. Mi-juillet, la basilique Sainte-Sophie, ancien phare de la chrétienté orientale et symbole de la Turquie laïque, pourrait redevenir une mosquée. Pourquoi Erdogan lui redonnerait-il une symbolique musulmane? Est-il décidément le néo-ottoman que certains décrivent?

«Le bras d’honneur d’Erdogan à l’histoire européenne!» A la conquête de Sainte-Sophie ancien phare de la chrétienté orientale

Par : Louis Doutrebente | fr.sputniknews.com

Sainte-Sophie va-t-elle changer de statut, passant de musée à mosquée? Après deux décennies de manifestations et de revendications opérées par des associations et des personnalités islamistes, le Conseil d’État turc devra rendre son verdict avant le 16 juillet prochain sur la transformation de Sainte-Sophie.

Cet édifice, par son passé, sa grandeur et sa richesse, est un symbole de l’histoire européenne et turque. Histoire tumultueuse, bien sûr. Lieu de culte chrétien dès le IVe siècle, centre du monde pour l’Empire byzantin, joyau de la conquête ottomane, qui transforma la basilique en mosquée, Hagia Sophia –signifiant en grec sagesse divine–, a été transcrite Ayasofia en turc, et abusivement appelée Sainte-Sophie en français. Atatürk, le grand leader de la République turque a fait de ce lieu un musée en 1934, mais plus encore le symbole de la nouvelle nation turque.



Mais pourquoi Erdogan cherche-t-il à tout prix à retransformer ce musée en mosquée? Politique intérieure et géopolitique mondiale se croisent dans ce nouvel épisode de Désalliances en bref   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Commentaires

Suivez nous sur :

Posts les plus consultés de ce blog

Johanna Clermont : qui est le nouveau visage de la chasse en France?

[VIDEO] - L'auteur britannique Salman Rushdie poignardé sur scène lors d'une conférence

L’inflation atteint 6,1 % en juillet en France, un record depuis 1985

L’ex-ministre Emmanuelle Wargon recasée dans une commission malgré le vote contre des parlementaires