VIDÉO : Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez attend de voir les actes de Jean Castex - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu
Le site docjeanno.fr ® News est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant docjeanno.fr ® News en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut


NOUVEAU ICI ► 01 Cnews®


lundi 6 juillet 2020

VIDÉO : Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez attend de voir les actes de Jean Castex

Pour le syndicat, la réforme « ce n’est pas une question de casting, c’est une question de scénario »

Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez attend de voir les actes de Jean Castex

Par : 20 Minutes avec AFP

Le nouveau Premier ministre et son futur gouvernement sont attendus au tournant par les syndicats. Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, a estimé dimanche qu’il verrait « à l’usage » la méthode utilisée par Jean Castex, qui a promis un « nouveau pacte social ».

La CGT veut des actes

« Les paroles c’est bien, les actes c’est mieux », a réagi Philippe Martinez sur le plateau de LCI, interrogé sur la méthode du nouveau chef du gouvernement. « Les premiers dossiers dont on parle, c’est des vieilles choses, des choses du passé qui ont montré que ça ne faisait pas consensus et que ça n’était pas l’idéal en termes de dialogue », a-t-il relevé faisant notamment allusion à la réforme des retraites.

Le blocage de l’âge pivot

Selon Philippe Martinez, le choix de Jean Castex ne change pas vraiment la donne. « Ce n’est pas une question de casting, c’est une question de scénario », a ainsi répondu le dirigeant syndical concernant une possible évolution du gouvernement sur la question de l’âge pivot, chère à l’ancien Premier ministre Edouard Philippe. « Or le président de la République fait presque une affaire de principe de sa réforme des retraites qui est injuste, qui va maintenir plus de salariés au travail plus longtemps et va empêcher des jeunes de trouver du boulot », a-t-il tancé.

Face à la multiplication des annonces de suppressions d’emplois, notamment chez Airbus, Air France, Renault et Nokia, Philippe Martinez a également plaidé pour un « état des lieux des aides aux entreprises » afin de les conditionner au maintien de l’emploi   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub