“Accueillir moins, expulser plus...!” : les propositions de Retailleau contre l'ensauvagement - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu
Le site docjeanno.fr ® News est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant docjeanno.fr ® News en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut


NOUVEAU ICI ► 01 Cnews®


samedi 29 août 2020

“Accueillir moins, expulser plus...!” : les propositions de Retailleau contre l'ensauvagement

Dans une interview accordée au Parisien, le chef de file des sénateurs LR, Bruno Retailleau évoque sa candidature éventuelle à une primaire de droite et précise ses convictions, notamment, sur le plan sécuritaire.

“Accueillir moins, expulser plus...!” : les propositions de Retailleau contre l'ensauvagement

Par : valeursactuelles.com

Pour l’heure, il n’est pas encore établi qu’il y aura une primaire en vue de choisir le candidat de la droite à l'élection présidentielle de 2022. Mais alors que plusieurs hommes et femmes politiques de droite, tels que Xavier Bertrand, François Baroin ou encore Valérie Pécresse n’ont pas caché leurs ambitions, Bruno Retailleau se dit favorable à une primaire. Il insiste, dans les colonnes du Parisien, sur l’importance de trancher la question « du processus de sélection avant la fin de l’année ». Si primaire il y a, s’y présentera-t-il ? À demi-mots, il affirme qu’il y fera valoir ses convictions, et que si personne ne venait à les représenter, il serait alors candidat.

Un candidat qui ferait de l’axe sécuritaire son cheval de bataille. En outre, selon le sénateur LR, « la France souffre de deux maux principaux : le désordre et l'étatisme ». Un manque d’ordre qui, d’après lui, a été exacerbé par la politique mise en œuvre par Emmanuel Macron et son gouvernement. « Emmanuel Macron a donné le ton en donnant raison à l'ultra violence à Notre-Dame-des-Landes contre les décisions de justice. Il a nommé Mme Belloubet (ex-Garde des Sceaux) qui a libéré en quelques mois 13 500 détenus. M. Dupont Moretti ne semble pas vouloir remettre en cause ce laxisme » énumère l’homme politique dans l’entretien paru dans Le Parisien.

« On ne peut avoir une politique de sécurité sans mettre fin au désordre migratoire »

Pour mettre fin à ce désordre, Bruno Retailleau fait état de plusieurs propositions. Premièrement, toute infraction doit faire l‘objet d’une peine, et la sanction pour qu’elle « ait un sens », « doit être immédiate ». Dès lors, il propose donc de « construire des prisons à la sécurité allégée pour les courtes peines qu'il faut généraliser, y compris celles de quelques semaines ou quelques jours ».

Deuxièmement, l’ancien Président du conseil régional des Pays de la Loire estime que les sanctions pénales devraient être complétées par « la suspension d'un certain nombre d'aides sociales, y compris pour les infractions du quotidien ». Il poursuit : « On devrait expulser les trafiquants de drogue condamnés des logements sociaux qu'ils occupent. Je serais d'ailleurs aussi favorable à une contribution des détenus pour leur incarcération : aujourd'hui, ce sont les Français honnêtes qui paient le séjour en prison ».

Enfin, ajoute-t-il, « on ne peut avoir une politique de sécurité sans mettre fin au désordre migratoire. Il y a un lien entre une immigration massive, clandestine, qu'on ne contrôle plus, et l'insécurité. Je le dis au risque de choquer toutes les bonnes consciences parisiennes ». Dès lors, Bruno Retailleau préconise « d’accueillir moins » et d’ « expulser plus » et « limiter le regroupement familial » tout en arrêtant de donner des visas « aux ressortissants de pays qui refusent de reprendre les clandestins que nous renvoyons »…   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub