Actu-politique : Comment «l’Europe actuelle, faite par les Français...», nuit à l’économie française - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu
Le site docjeanno.fr ® News est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant docjeanno.fr ® News en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut


NOUVEAU ICI ► 01 Cnews®


vendredi 28 août 2020

Actu-politique : Comment «l’Europe actuelle, faite par les Français...», nuit à l’économie française

La France, grande perdante du libre-échange imposé par les traités européens? L’économiste David Cayla rappelle que c’est pourtant elle qui fut l’un des principaux architectes des accords commerciaux qui lui sont aujourd’hui si défavorables. Dans ce contexte, rompre le cycle infernal de la désindustrialisation ne sera pas aisé.

Comment «l’Europe actuelle, faite par les Français», nuit à l’économie française

Par : Maxime Perrotin | fr.sputniknews.com

L’Europe, paillasson d’un monde libre-échangiste?

Les Échos relatent le cas de la société du Canal de Provence. Subventionnée, celle-ci s’est tournée pour la deuxième fois en deux ans vers un importateur de canalisations turques aux dépens de Saint-Gobain, à Pont-à-Mousson, qui est en redressement. Le quotidien d’information économique et financière revient également sur les commandes de fibre optique chinoise qui «explosent» à travers tout le territoire, au grand dam de la dernière entreprise nationale de fibre. En somme, «la commande publique ne joue pas le jeu de la relocalisation», assène le quotidien économique, qui rappelle que la Turquie comme la Chine ont fermé leurs marchés publics aux Européens.

En matière d’ouverture des marchés publics, les chiffres sont sans appel: avec 95% d’ouverture pour 352 milliards en 2012, l’Union européenne caracole en tête. La Corée du Sud tient la deuxième place avec 65%, bien loin devant les États-Unis –que l’on dit pourtant chantre du libéralisme– qui donnent accès à 32% de leurs marchés publics aux entreprises étrangères (179 milliards).

Le Canada du très libéral Justin Trudeau fait encore deux fois moins, avec seulement 16%. Quant à la Chine, au Brésil, à la Turquie et à la Russie, s’ils étaient alors pointés du doigt pour l’ouverture quasi inexistante de leurs marchés publics aux entreprises étrangères, l’Australie ne faisait pas mieux. Des chiffres issus d’une proposition de résolution sur la réciprocité du Sénat, déposée en 2012, afin d’endiguer le phénomène. Un texte illégal au regard des traités européens, qui prévalent sur les lois nationales.

L'UE, seule à vraiment jouer le jeu du libéralisme

Ce libéralisme des Européens est-il autant sans contrepartie qu’il y paraît? À rebours des idées reçues, l’UE tirerait bien son épingle du jeu du libre-échange:

«L’Europe dans son ensemble est excédentaire. L’Europe s’est bien moins désindustrialisée que les États-Unis», précise à Sputnik David Cayla, professeur d’économie à l’université d’Angers.

Mais il faut y regarder de plus près, car certains pays tirent mieux leur épingle du jeu que d’autres. C’est tout particulièrement le cas de l’Allemagne, qui demeure depuis plusieurs années le pays avec le plus fort excédent commercial au monde, devant la Chine. Elle est suivie par l’Irlande, les Pays-Bas et l’Italie, celle-là même que nous percevons comme l’un des canards boiteux de l’UE…   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub