Facebook bannit les groupes “ antifas ” et autres “ anarchistes ” appelant à la violence - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


jeudi 20 août 2020

Facebook bannit les groupes “ antifas ” et autres “ anarchistes ” appelant à la violence

Le réseau social a annoncé, mercredi, la suppression de près de 1 000 groupes faisant la promotion d’émeutes.

Facebook bannit les groupes “ antifas ” et autres “ anarchistes ” appelant à la violence

Par : valeursactuelles.com

Nouveau coup de balai sur Facebook. Mercredi 19 août, la plateforme américaine a annoncé le bannissement de 980 groupes faisant, selon elle, la promotion d’émeutes. Un grand nombre d’entre eux est proche du mouvement « antifa », rapporte notamment Ouest-France.

Des mouvements et organisations liés à la violence

Les administrateurs de Facebook ont publié un communiqué de presse qui actualise la politique du réseau social quant aux mouvements violents aux États-Unis. Le document s’intitule « Une mise à jour sur la façon dont nous abordons les mouvements et les organisations liés à la violence ».

« Aujourd'hui, nous prenons des mesures contre les pages Facebook, les groupes et les comptes Instagram liés à des groupes anarchistes hors ligne qui soutiennent des actes de violence au milieu de manifestations, des organisations de milices basées aux États-Unis et QAnon », peut-on aussi lire. Dans le viseur du géant d’Internet, figurent donc aussi 1 950 groupes privés ou publics liés au mouvement QAnon. D’après Le Monde, il s’agit d’un « phénomène complotiste visible dans les meetings de Trump ».

« Des risques importants pour la sécurité publique »

Facebook poursuit, dans son communiqué, indiquant sa volonté d’élargir les suppressions de contenus aux « mouvements croissants qui, sans organiser directement la violence, ont célébré des actes de violence, ont montré qu'ils avaient des armes et suggèrent qu'ils les utiliseront, ou ont des adeptes individuels avec des comportements violents ». Le site vise également les organisations et mouvements qui ont « démontré des risques importants pour la sécurité publique », mais qui ne répondent pas aux « critères rigoureux pour être désignés comme organisations dangereuses » et bannis de la plateforme de médias sociaux…   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub