« Nous sommes à deux doigts d'un incident...! » : Erdogan, va-t-en guerre en Méditerranée - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu
Le site docjeanno.fr ® News est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant docjeanno.fr ® News en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut

vendredi 21 août 2020

« Nous sommes à deux doigts d'un incident...! » : Erdogan, va-t-en guerre en Méditerranée

La Turquie lance des recherches sur les hydrocarbures dans l'espace maritime grec, au risque d'un engrenage dangereux. L'Union européenne se couchera-t-elle devant ce coup de force ?

« Nous sommes à deux doigts d'un incident...! » : Erdogan, va-t-en guerre en Méditerranée

Par : Alain Léauthier et Fabien Perrier | marianne.net

L'Allemagne a « pris acte » du renforcement de la présence militaire française en Méditerranée orientale. Le 14 août, c'est en ces termes plutôt sobres que le porte-parole du gouvernement allemand, Steffen Seibert, évoquait la montée des tensions maritimes entre la Turquie, d'une part, et de l'autre la Grèce, soutenue par la France. À l'évidence, la formule se voulait le plus neutre possible, ne témoignant guère d'une envie de prendre parti pour les uns ou les autres.

Dans ce conflit lié à l'exploitation de richesses gazières et d'hydrocarbures découverts en Méditerranée au début des années 2000, la chancelière Merkel se pose en modératrice et prône avant tout la « désescalade » entre les belligérants. Les renvoyant ainsi implicitement à un égal partage des torts. Or cette approche, apparemment neutre et raisonnable, ne correspond ni à la réalité des événements survenus au cours des derniers mois, ni aux engagements de l'Allemagne au sein de l'Otan et de l'Union européenne, dont elle assure actuellement la présidence.

« Quand je vois ce qui se passe en Méditerranée orientale, j'ai…   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub