Une librairie chrétienne recouverte de tags à Lyon : “Une secte qui a réussi”, “Dieu n’existe pas” - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu
Le site docjeanno.fr ® News est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant docjeanno.fr ® News en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut


NOUVEAU ICI ► 01 Cnews®


dimanche 30 août 2020

Une librairie chrétienne recouverte de tags à Lyon : “Une secte qui a réussi”, “Dieu n’existe pas”

La devanture de la librairie chrétienne CLC de Lyon a été vandalisée par d’abjects tags. Le préfet du Rhône a condamné “avec la plus grande fermeté” ces actes anti-chrétiens.

Une librairie chrétienne recouverte de tags à Lyon : “Une secte qui a réussi”, “Dieu n’existe pas”

Par : valeursactuelles.com

« C'est la première fois qu'il y en a autant. » Les employés du commerce, situé quai Tilsitt, dans le 2e arrondissement de Lyon, sont encore secoués. Ce matin, samedi 29 août, ils ont retrouvé la vitrine de la librairie chrétienne CLC taguée. D’épouvantables propos anti-chrétiens ont en effet été inscrits dans la nuit. On pouvait voir une croix sur laquelle Jésus est crucifié peinte sur la vitrine de la librairie accompagnée de l’insulte « PD ». Ou encore, on pouvait y lire : « Là-haut, Dieu n'existe pas » et « le christianisme est une secte qui a réussi », relate Lyon Mag ce samedi. Le personnel a d’ailleurs confié au quotidien régional : « Ça arrive tous les mois environ, mais pas à ce point… »

Le préfet du Rhône, Pascal Mailhos, a donné « tout son soutien à la communauté chrétienne » et a condamné « avec la plus grande fermeté » ces actes contre la religion. Une plainte aurait été déposée.

Les agissements contre les symboles chrétiens ne sont, hélas, pas en baisse… Il y a à peine six jours, deux individus avaient vandalisé 63 tombes du cimetière de Lannemezan, en Hautes-Pyrénées. Des sépultures, des croix et des plaques ont notamment été endommagées. Ces deux hommes âgés de 23 et 24 ans - l’un d’eux est originaire du Cameroun - étaient « déjà connus défavorablement » par les forces de l’ordre. Lors de leur audience, ils avaient rapidement avoué les faits mais la raison de cette acte anti-chrétien était sidérante. Ils avaient déclaré aux magistrats avoir été sous l’influence d’un marabout du Mali… L’un d’eux n’excluait pas de récidiver mais, cette fois, en Afrique…   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub