VIDÉO : Aux Etats-Unis, des antifa mettent le feu à une tête de porc coiffée d'un képi policier - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut

samedi 1 août 2020

VIDÉO : Aux Etats-Unis, des antifa mettent le feu à une tête de porc coiffée d'un képi policier

La scène s’est passée jeudi soir devant le palais de justice de Portland. La ville est en ce moment à feu et à sang… De violentes émeutes se succèdent depuis plus de 60 jours.

VIDÉO : Aux Etats-Unis, des antifa mettent le feu à une tête de porc coiffée d'un képi policier

Par : valeursactuelles.com

L’acte est effroyable et ne fait que rajouter de l’huile sur le feu… « Des manifestants antifa ont brûlé une tête de porc ensanglantée qui était posée sur un drapeau américain devant le palais de justice du centre-ville de Portland », a rapporté le journaliste Andy Ngo sur Twitter. « Ils ont mis un képi policier sur la tête de l’animal et ont tout mis au feu », a-t-il ajouté comme le relate le Daily Wire ce vendredi 31 juillet. Lors de manifestations début juin, la police avait secouru un porc enveloppé dans une couverture à côté du centre-ville. Il pourrait bien s’agir du même. « Il faut croire qu’un manifestant s’apprêtait à le tuer, pour traduire un acte anti-police, quand il l’a finalement abandonné à la dernière minute », a insinué le reporter.

Depuis plusieurs semaines, la ville de Portland subit chaque nuit des émeutes pour dénoncer les violences policières. Le gouvernement américain avait d’abord envoyé davantage de troupes pour sécuriser les zones à risques. Finalement, l’administration de Trump avait décidé de les démobiliser si les attaques contre le palais de justice cessaient. Toutefois, le journaliste Andy Ngo a évoqué de surprenants propos… Il a estimé que les faits de violences avaient baissé depuis que la police s’était retirée des émeutes. Pire encore, le Washington Post a décrit dans un reportage que les forces de l’ordre provoquaient les agitations. Pourtant, les débordements durant les manifestations arrivaient bien avant que des agents fédéraux ne soient déployés, rappelle le Daily Wire.

L’avocat américain, Billy J. Williams - et aussi procureur du district de l'Oregon depuis 2015 - a condamné les médias pour refuser de qualifier ces émeutes de « criminelles ». Il a fermement critiqué ceux qui ont osé blâmer les policiers pour la violence : « Accuser les agents fédéraux de protéger les propriétés fédérales est une sortie facile pour les gens qui veulent politiser les faits. »

Plus tôt dans la semaine, le département de justice avait diffusé des photos d’objets de « contrebande » que la police avait confisqué des mains « d’agitateurs violents devant le palais de justice de Portland ». Il s’agissait notamment de « crosses de hockey, d’essence », ou encore de « conteneur rempli de cocktail molotov »…   LIRE L'ARTICLE COMPLET


Bas Pub