VIDÉO - « Ensauvagement ! » : Éric Dupond-Moretti se dit «pas à l’aise avec ce terme» - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut

samedi 1 août 2020

VIDÉO - « Ensauvagement ! » : Éric Dupond-Moretti se dit «pas à l’aise avec ce terme»

Au micro de BFM TV, le ministre de la Justice a contesté l’usage du terme d’«ensauvagement» pour parler de l’insécurité en France. Il a néanmoins admis une perte de repères et a insisté sur une répression nécessaire mais humaine.

« Ensauvagement ! » : Éric Dupond-Moretti se dit «pas à l’aise avec ce terme»

Par : fr.sputniknews.com

Au cours d’un entretien avec BFM TV, Éric Dupond-Moretti a réfuté l’usage du terme «ensauvagement» pour décrire la récente vague de faits divers qui a défrayé l’actualité.

Le mot avait auparavant été utilisé par le ministre de l’Intérieur, suscitant la polémique au sein même du gouvernement.

À la veille d’un déplacement à Nice où une fusillade s’était déroulée, Gérald Darmanin avait en effet affirmé vouloir «stopper l'ensauvagement d'une certaine partie de la société», dans un entretien au Figaro.

Le garde des Sceaux a pour sa part admis ne pas être «à l’aise avec ce terme», et a confié qu’il en aurait choisi un autre, à la place de Gérald Darmanin.

Perte de repères

S’il récuse le mot d’«ensauvagement», Éric Dupond-Moretti a néanmoins admis qu’une perte de repères traversait la société française. Se référant à son enfance, il a précisé que certaines figures d’autorité, comme les policiers, les juges ou les instituteurs, étaient plus respectés à l’époque qu’aujourd’hui.

«Au-delà du mot, il y a un véritable constat qui est la perte des repères. Moi quand j’étais gamin, il y a longtemps, on se levait quand l’instituteur rentrait en classe, on laissait sa place aux dames, on n’insultait pas le policier, le chauffeur de bus ou le juge. Il y a une perte des repères, une perte des valeurs», a déclaré le garde des Sceaux à BFM TV.

«Réprimer avec humanité»

Éric Dupond-Moretti a par la suite déclaré qu’il n’avait jamais été lui-même confronté à «un sentiment d’insécurité», ayant vécu dans des conditions matérielles suffisantes pour l’éviter.

Il a précisé que cette insécurité était souvent «la compagne des gens les plus modestes».

Insistant sur la nécessité de «réprimer», le garde des Sceaux a néanmoins précisé que cette répression devait rester humaine. Il a en particulier insisté sur la réinsertion des…   LIRE L'ARTICLE COMPLET


Bas Pub