Accusée de “récupération”, Anne Hidalgo s'incruste au procès des attentats de 2015 - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


jeudi 17 septembre 2020

Accusée de “récupération”, Anne Hidalgo s'incruste au procès des attentats de 2015

La future audition de la maire de Paris a provoqué l’ire des avocats qui dénoncent un manque de dialogue et une audition impromptue.

Accusée de “récupération”, Anne Hidalgo s'incruste au procès des attentats de 2015

Par : valeursactuelles.com

Elle n’était pas prévue, mais sera bien interrogée par la Cour d’assises de Paris. Anne Hidalgo sera entendue lundi 21 septembre prochain, rapporte Le Parisien, jour de l’ouverture du dossier de la prise d’otages dans l’Hyper cacher porte de Vincennes. Sauf que ce rajout au programme ne fait pas que des heureux, comme l’explique le quotidien, et cette annonce a provoqué une petite tempête mercredi 16 septembre à l’ouverture de l’audience dans le cadre du procès des attentats de Paris de janvier 2015.

Les avocats de la défense et des parties civiles, entre autres, s’accordent sur une question : pourquoi ? Si certains s’interrogent, d’autres dénoncent une forme de « récupération » de la part de la maire de Paris. Bousculé, le président Régis de Jorna justifie tant bien que mal sa position : « La demande m’a été faite par Me Kligman, avocat de SOS Racisme, à la demande du président de l’association, Dominique Sopo ». Il éclaire ses interlocuteurs en précisant qu’il avait demandé à cet avocat de lui transmettre un courrier « pour savoir dans quels termes ce témoin entendait la déposer ».

« Et pourquoi pas Hollande ? »

Du côté de la Défense, on déplore un manque de communication et de concertation, si bien que l’avocate de Charlie Hebdo fustige avec ironie cette audition politique. « Dans ces cas-là, pourquoi on n’entend pas aussi François Hollande qui a dit qu’il était inutile de mettre une voiture de policier pour garder les locaux de Charlie Hebdo. »

Pour l’avocat de SOS Racisme, la demande émane de l’association, légitimée aussi par les demandes d’autres associations. Pour l’homme, qui est ancien adjoint à la mairie de Paris, il n’y avait pas mieux qu’Anne Hidalgo pour parler de ces trois jours sanglants. « Elle a vécu personnellement et politiquement ces faits au plus près, elle a accompagné les victimes, elle a dû dramatiquement changer sa façon d’appréhender la vie des Parisiens après 2015 », dévoile-t-il au Parisien. Et d’ajouter : « Il n’y a aucune récupération là-dedans ». Anne Hidalgo dit elle vouloir apporter son soutien aux victimes…   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub