Avoir une immigration choisie signifie pour la gauche la fin de la libre circulation des cerveaux...!? - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


mercredi 9 septembre 2020

Avoir une immigration choisie signifie pour la gauche la fin de la libre circulation des cerveaux...!?

Les hautes écoles pour la libre circulation des cerveaux
Redoutant la mise en péril de la recherche, les hautes écoles vaudoises et le Canton ont appelé mardi à voter contre l’initiative UDC dite de limitation.

Avoir une immigration choisie signifie pour la gauche la fin de la libre circulation des cerveaux

Par : lesobservateurs.ch

La conseillère d'État vaudoise Cesla Amarelle (au centre) en compagnie des responsables des hautes écoles vaudoises pour dire non à l’initiative de l’UDC «Pour une immigration modérée» (initiative dite de limitation) mardi sur le site de l’UNIL.

Les hautes écoles vaudoises se sont mobilisées mardi pour plaider la libre circulation des cerveaux. Conjointement avec le Canton, elles appellent à voter contre l’initiative UDC dite de limitation. Leurs responsables veulent éviter de mettre en péril la recherche.

Il avait été reproché aux représentants des hautes écoles de ne pas s’être assez mobilisés en 2014 contre l’initiative sur l’immigration de masse. Cette fois-ci, ils ont décidé de mettre les bouchées doubles et de s’engager collectivement en vue de la votation du 27 septembre sur l’initiative «Pour une immigration modérée».

‏ •   LIRE AUSSI :

«L’excellence de la recherche ne s’atteint pas en s’isolant. Si l’initiative devait aboutir, cela anéantirait l’accord sur la recherche avec l’Union européenne. Cela aurait un effet dévastateur et massif», a dit sur le campus lausannois la conseillère d’État vaudoise chargée de la Formation, Cesla Amarelle, avant de laisser la parole aux responsables des hautes écoles du canton.

Climat, énergie, IA, santé, numérique

[...]

«La recherche a toujours été de dimension internationale», a rappelé Nouria Hernandez, rectrice de l’Université de Lausanne (UNIL). Elle a souligné que les budgets pour des projets en collaboration avec des programmes européens variaient entre 13,5 et 16,5 millions de francs depuis 2016.

Jusqu’à 20% du budget

Pour plusieurs hautes écoles, les fonds provenant de l’UE représentent jusqu’à 20% de leur budget total pour les projets de recherche. [...]

Pour la Haute École de santé Vaud (HESAV), [...] Sur un budget global de quelque 330’000 francs, l’HESAV reçoit un financement européen de plus de 80’000 francs.

«Impact en termes de visibilité»

[...]

…   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub