Bigard dit que s’il n’était pas protégé il se faisait «bastonner» par les Gilets jaunes - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


dimanche 13 septembre 2020

Bigard dit que s’il n’était pas protégé il se faisait «bastonner» par les Gilets jaunes

Chahuté par les Gilets jaunes lors des manifestations du 12 septembre à Paris, Jean-Marie Bigard est revenu le même jour sur les événements à l’antenne de France Info. «J'avais heureusement deux personnes qui assuraient ma sécurité sinon je me faisais piétiner, je me faisais bastonner», a affirmé l’humoriste.

Jean-Marie Bigard dit que s’il n’était pas protégé il se faisait «bastonner» par les Gilets jaunes

Par : Ekaterina Bogdanova | fr.sputniknews.com

L’humoriste Jean-Marie Bigard, malmené pendant la manifestation parisienne des Gilets jaunes du 12 septembre, dit ne pas s’être attendu à un tel accueil.

«Cela a été une épreuve incroyable. C'était prémédité. C'est pour cela que cela me fait un peu moins mal à mon petit cœur d'artichaut», a-t-il affirmé sur France Info.

Slogans «Bigard collabo»

L’humoriste a ajouté qu’alors que sa voiture ne s'était même pas encore arrêtée place de la Bourse, déjà «les slogans dans les mégaphones cornaient: "Bigard collabo"».

Il affirme toutefois que «cela ne correspond qu'à une minorité des Gilets jaunes. La moitié ne comprenait pas pourquoi je me faisais huer.»

«J'avais heureusement deux personnes qui assuraient ma sécurité sinon je me faisais piétiner, je me faisais bastonner», a-t-il tenu à souligner.

Pourquoi un tel accueil?

D’après l’humoriste, cela vient du fait qu’il s’était désolidarisé de Jérôme Rodriguez, lequel avait assimilé les policiers à «une bande de nazis».

«Il y a une partie des gens qui ont dû faire croire que je m'étais désolidarisé des Gilets jaunes. C'est de là qu'est venue cette espèce de colère incroyable», résume-t-il.

Mais l'humoriste réaffirme son «soutien total» au mouvement. «Mon soutien concerne 95% des autres Gilets jaunes qui sont à la fois pacifiques et bienveillants.»

Bigard se réfugie dans une brasserie

Venu le 12 septembre place de la Bourse pour participer aux nouvelles manifestations des Gilets jaunes, il a été chahuté par des personnes qui n’auraient pas voulu le voir à leurs côtés.

Il s’est réfugié dans un café et en a été exfiltré en moto quelques temps après …   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub