Black Lives Matter, racialisme : Marion Maréchal dénonce une “relecture très binaire de l'Histoire” - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


dimanche 13 septembre 2020

Black Lives Matter, racialisme : Marion Maréchal dénonce une “relecture très binaire de l'Histoire”

Les Éveilleurs ont rencontré Marion Maréchal pour un entretien lors duquel elle a abordé de nombreux sujets dont l’insécurité, le racisme, l’affaire Obono, etc.

Black Lives Matter, racialisme : Marion Maréchal dénonce une “relecture très binaire de l'Histoire”

Par : valeursactuelles.com

Elle fait sa rentrée comme beaucoup. Marion Maréchal a accordé un entretien aux Éveilleurs samedi 12 septembre. Plusieurs sujets ont été abordés : insécurité, crise du coronavirus, affaire Obono, tension avec la Turquie, écologie… Pour la fondatrice de l’Issep, la crise du coronavirus aurait provoqué une « hystérie et une angoisse générale auxquels les élus n’échappent pas ». Elle a notamment fait référence aux mesures drastiques prises par les maires, comme celle de l’édile de Nice, Christian Estrosi, parmi les premiers à imposer le masque partout dans la ville.

« Aucun résultat » pour lutter contre l’insécurité ?

Marion Maréchal a d’ailleurs estimé que le gouvernement essayait de « noyer le poisson » en abordant sans cesse les problèmes liés au coronavirus pour laisser de côté la question de l’insécurité en France. « Le gouvernement se trompe en espérant échapper à tous les sujets essentiels », a-t-elle affirmé face au journaliste des Éveilleurs. Elle a ensuite analysé la stratégie politique de l’Etat en rappelant l’opposition entre le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin et celui de la Justice Eric Dupont-Moretti. D’après la nièce de Marine Le Pen, si les deux ministères ne « s’inscrivent pas dans une vision complémentaire », il n’y aura « aucun résultat » pour lutter contre l’insécurité.

« On se refuse à regarder l’histoire dans ses parts d’ombres et de lumière »

L’entretien a rapidement dérivé sur les problèmes de racisme dans la société, notamment en lien avec les protestations du mouvement haineux Black Lives Matter. « Ce débat violent crée une nouvelle forme de racisme et constitue à vouloir dresser les “minorités“ contre les Français de souche - les Blancs contre les Noirs - en ayant une relecture très binaire de l’Histoire. » En effet, Marion Maréchal a estimé qu’« on se refuse à regarder l’histoire dans ses parts d’ombres et de lumière ». C’est le cas de la députée de La France Insoumise Danièle Obono. Marion Maréchal a rappelé que « Danièle Obono tient des discours extrêmement durs contre la France ». Elle a listé ses propos tenus par le passé : « Elle avait refusé de dire “Vive la France“. » Ou encore : « Elle avait qualifié Jean Castex d’homme blanc bien 'techno et de droite' ». D’après l’ex-parlementaire du Front national, l’affaire Obono serait une « manœuvre politique qui vise à fragiliser un journal de droite ».

Ferme face à la Turquie

Marion Maréchal a ensuite analysé les tensions avec la Turquie. « Cela fait des années que le problème existe. » Le pays aurait un « rôle extrêmement ambigu à l’égard des islamistes, a-t-elle éclairé dans l’entretien, en en laissant passer par la frontière pour alimenter les rangs de Daesh ». « Ce rapport de force nous est imposé par Erdogan », étant donné qu’il a la « capacité de déverser un flot de migrants » sur l’Europe. La directrice de l’Issep a alors prévenu : « Soit on affronte, soit on se soumet » à la situation. « Je doute que l’Allemagne accepte d’aller vers de vraies sanctions », a-t-elle déploré. Il serait donc important que la France se « positionne définitivement pour l’arrêt des négociations d’entrées dans l’UE, pour une vraie politique de défense des frontières en Grèce et donc pour l’arrêt de cette délégation à la Turquie ». Elle n’a pas écarté un possible « gel des avoirs des Turcs en France ». « Pourquoi pas la fermeture de certaines mosquées puisqu’ils transforment des églises en mosquées, tenues ensuite par les Frères musulmans ? »

La rentrée des étudiants de l’Issep se tiendra en octobre. Marion Maréchal en a profité pour rappeler la tenue de son think tank qui abordera de nombreux sujets notamment celui de l’écologie. Elle a d’ailleurs donné son point de vue : « Derrière les écologistes, il y a une remise en question de la vision chrétienne de l’Homme. La civilisation chrétienne a apporté pendant longtemps une certaine vision de l’Homme et son rapport à la nature ; sur le fait qu’un Homme n’est pas comme les autres animaux. » Or, elle a pointé du doigt l’opinion des défenseurs de la planète : « Si on écoute les écologistes, on dirait que l’Homme ne vaut pas plus qu’un loup ou qu’une huître, que l’homme n’est qu’un saccageur. » Elle pense à « une sorte de haine de soi ». Marion Maréchal a assuré vouloir « défendre la question écologique mais la défendre à l’endroit ». Elle a par ailleurs rappelé qu’elle ne fera pas pour l’instant de retour en politique. La directrice est « investie avec l’Issep » qu’elle qualifie d’ « îlot ». « Les Français se tourneront un jour vers ces îlots » pour renforcer leurs « racines », a-t-elle conclu …   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub