“C'est leur maison...!” : un curé italien transforme son église en dortoir pour migrants, les paroissiens se sentent comme des «étrangers» - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


dimanche 27 septembre 2020

“C'est leur maison...!” : un curé italien transforme son église en dortoir pour migrants, les paroissiens se sentent comme des «étrangers»

Le prêtre Massimo Biancalani a décidé d’accueillir 130 Africains dans la maison du Seigneur. Il assume désobéir à l’Eglise.

“C'est leur maison...!” : un curé italien transforme son église en dortoir pour migrants

Par : valeursactuelles.com

Il les aide, les accueille et s’affranchit des règles, mais il assume. Le prêtre de Pistoia, Massimo Biancalani, a décidé de transformer son église en un centre d’accueil pour migrants, rapporte le journal italien Il Giornale. L’affaire a été dévoilée par une équipe de journalistes italiens qui a voulu se rendre dans l’église Santa Maria Maggiore. Arrivés sur place, ils sont accueillis par des hommes qui leurs demandent de partir. Dedans, des Africains, 130 immigrants installés dans le lieu de culte qui vivent dans des contions spartiates et qui lisent le Coran, notamment. Une hérésie pour l’Eglise ? Pas pour Don Massimo Biancalani qui justifie ses choix. « Je désobéis et j’accueille. L’Évangile dit d’aider, d’accueillir et je fais ce que dit l’Évangile », argue-t-il.

Le prêtre n’est pas en règle mais il semble en avoir cure. Lors des huit derniers mois, il a écopé de huit amendes pour « non déclaration » de jeunes migrants dans sa paroisse au bureau de l’immigration. Il aurait transmis les documents à la préfecture, mais ceux-ci n’ont jamais été acceptés, le nombre de migrants maximum acceptés étant « atteint depuis longtemps ».

Eglise sale

En attendant, les Africains « invités » vivent dans l’Eglise au grand dépit des paroissiens qui se sentent comme des « étrangers » lorsqu’ils rentrent dans l’Eglise. « Je suis ici depuis huit mois, je ne travaille pas, mon permis de séjour est expiré », raconte l’un d’entre eux. Un autre explique qu’il est là depuis six ans et n’a toujours pas trouvé de travail. Des riverains de l’église dénoncent la saleté dans les lieux depuis leur arrivée alors que dans le même temps, les fidèles doivent porter un masque pour aller à la messe. Au contraire des « invités ». Pas vraiment de quoi décontenancer le curé qui se justifie encore pour expliquer la différence de traitement : « C’est leur maison, tu portes un masque chez toi ? » …   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub