Crise du Coronavirus : «leur stratégie de déni ne fait que renforcer la défiance des Français à l’égard des politiques...!» - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut

vendredi 25 septembre 2020

Crise du Coronavirus : «leur stratégie de déni ne fait que renforcer la défiance des Français à l’égard des politiques...!»

L’heure des comptes? Plusieurs ministres doivent répondre de leur action pendant la crise sanitaire devant la commission d’enquête du Sénat. Si Agnès Buzyn et Sibeth Ndiaye semblent vouloir se défausser de leurs responsabilités, Florence Parly, ministre des Armées, est quant à elle accusée de «mensonge d’État» par plusieurs élus.

Crise du Coronavirus : «leur stratégie de déni ne fait que renforcer la défiance des Français à l’égard des politiques...!»

Par : Victor Lefebvre | fr.sputniknews.com

Plus de sept mois après le confinement imposé aux Français, les responsables politiques doivent désormais répondre de leurs décisions prises pendant la crise sanitaire. Après l’Assemblée nationale, c’est au tour du Sénat d’organiser une commission d’enquête et de convoquer les ministres. L’occasion de quelques révélations inédites.

Mardi 22 septembre, Florence Parly, ministre des Armées, reconnaissait ainsi «une inexactitude» prononcée le 4 mars dernier au micro de France 2. Petit rappel des faits: la France n’est alors que très peu touchée par le virus et l’État rapatrie en urgence les Français se trouvant à Wuhan –identifiée comme le foyer du virus– vers la base de Creil, dans l’Oise. Quelques semaines plus tard, ce département –et notamment la commune de Crépy-en-Valois– devenait l’un des premiers clusters connus en France. Contrairement à ce qu’elle avait affirmé alors, Florence Parly a reconnu que les dix-huit militaires qui avaient procédé à cette opération n’avaient «pas été testés» à leur retour sur le sol français: «C’était un raccourci. Ce qui s’est passé, c’est que les équipages ont été soumis à un protocole sanitaire extrêmement strict, mais qui en effet ne comprenait pas à l’époque de tests.»

Si la ministre assure ensuite que «la base militaire de Creil n’est pas à l’origine d’un cluster dans l’Oise», les réactions scandalisées de plusieurs élus de l’opposition ne se sont pas fait attendre. Le député LFI Ugo Bernalicis a aussitôt dénoncé un «parjure» de la part de la ministre des Armées, la sénatrice EELV Esther Benbassa a pointé du doigt «un gouvernement qui ment continuellement» dans un tweet, tandis que du côté du RN, l’eurodéputé Gilbert Collard épinglait, sur Twitter également, «un mensonge de plus à l’actif du club des bobards viraux». Wallerand de Saint-Just, le trésorier du RN, va plus loin et évoque sur le même réseau social un «mensonge d’État» dans cette affaire.

«Pays dans le déni», «problème d’acculturation scientifique»: vraiment?

Mercredi 23 septembre, c’était au tour de Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement pendant la crise, et d’Agnès Buzyn, ministre de la Santé jusqu’en février 2020 –soit au tout début de l’épidémie– d’être interrogées par les sénateurs. Morceaux choisis:«Nous n’avons pas cessé d’agir. Le problème est que nous avons considéré qu’il y avait un risque potentiel à un moment où l’on ne peut pas dire que c’était partagé. On ne m’a jamais demandé d’aller plus loin, plus vite, plus fort. Les experts n’ont cessé de minimiser les risques dans les médias», a soutenu Agnès Buzyn.

Toujours d’après l’ex-ministre de la Santé, la polémique sur la pénurie des masques serait le résultat d’une décennie de «défauts d’appréciation». Elle qui se dit persuadée «d’avoir eu raison trop tôt» dans un «pays en plein déni» et finit par désigner l’aveuglement de la population française sur la menace de la pandémie: «Notre société n’a pas cru qu’on pouvait mourir en…   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub