ENTRETIEN - Zineb El Rhazoui: «Où que le regard se pose dans l’espace public, on voit des manifestations de l’islamisation de la société» - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu
Le site docjeanno.fr ® News est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant docjeanno.fr ® News en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut


NOUVEAU ICI ► 01 Cnews®


mardi 1 septembre 2020

ENTRETIEN - Zineb El Rhazoui: «Où que le regard se pose dans l’espace public, on voit des manifestations de l’islamisation de la société»

Alors que s’ouvre mercredi le procès des attentats de janvier 2015, pour la journaliste, il n’est pas possible de considérer les crimes terroristes comme des crimes de droit commun.

ENTRETIEN - Zineb El Rhazoui: «Où que le regard se pose dans l’espace public, on voit des manifestations de l’islamisation de la société»

Par : Anne Fulda | Le Figaro

Ancienne journaliste à Charlie Hebdo, Zineb El Rhazoui, militante de la laïcité et des droits de l’homme, n’était pas à Paris le jour de l’attentat contre l’hebdomadaire. Mais elle qui est régulièrement menacée de mort, notamment pour avoir déclaré en 2017 que l’islam «devait se soumettre aux lois de la République, à la raison et à la critique», s’est néanmoins constituée partie civile dans le procès de l’attentat du 7 janvier 2015. Une manière pour elle de défendre la liberté d’expression. Et de dénoncer les complicités morales.

LE FIGARO. - Comment avez-vous appris l’attentat contre Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015?

Zineb EL RHAZOUI. - J’étais au Maroc, à Casablanca. J’hésitais à rentrer au journal. Quand je me suis réveillée, ce matin-là, j’ai écrit un mail à Charb, pour lui proposer, avant la réunion de la rédaction, un article sur la «commercialisation» des femmes par l’État islamique, qui avait élaboré un barème très précis d’évaluation en fonction de leur âge. C’était tragique et … [Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 93% à découvrir.]   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub