Indre (36) : une équipe de sapeurs-pompiers pris dans un guet-apens - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


samedi 5 septembre 2020

Indre (36) : une équipe de sapeurs-pompiers pris dans un guet-apens

Les pompiers qui intervenaient pour un feu de poubelle dénoncent un acte “intolérable”.

Indre (36) : une équipe de sapeurs-pompiers pris dans un guet-apens

Par : valeursactuelles.com

Au départ, une banale histoire de feu de poubelle dans un quartier de Châteauroux. Mais très vite, la situation va dégénérer, rapporte France Bleu, qui est allé rencontrer le directeur du SDIS (Service départemental d’incendie et de secours) de l’Indre, Éric Belgioïno. Les faits se sont déroulés dans la nuit du jeudi 3 au vendredi 4 septembre. Les sapeurs-pompiers sont appelés pour quatre feux visiblement volontaires à quatre endroits distincts. Mais très vite, ils sont pris dans un guet-apens, révèle le colonel. « A notre arrivée, un équipage est pris à partie verbalement. Puis s’en suit une agression physique : on lance un vélo sur deux de mes personnels », déplore-t-il à France Bleu.

En plus du guet-apens, les pompiers se retrouvent dans le noir. A ce moment-là, une coupure d’électricité prive en effet 270 000 personnes de courants dans plusieurs départements. Ils sont obligés de rebrousser chemin comme le prévoit la procédure.

‏ •   LIRE AUSSI :

Vers un renfort des protocoles

Au lendemain des faits, c’est la consternation dans la caserne, qui ne comprend pas comment on peut s’attaquer à un corps de métier qui a pour vocation de secourir. « Ce sont des faits inadmissibles que l’on ne peut pas tolérer », admoneste le colonel Belgioïno qui rappelle qu’en dix ans, les violences contre les forces de l’ordre ont augmenté de 213 %. Choqués, les pompiers ne comprennent pas pourquoi ils sont victimes de « violences gratuites ».

En quittant les lieux, deux pompiers ont été blessés et ont obtenu trois jours d’ITT (Incapacité temporaire de Travail). Alors que les auteurs n’ont pas été retrouvés, à cause notamment de la coupure de courant qui leur a compliqué la tâche, la préfecture de l’Indre a apporté son soutien au SDIS et a confirmé qu’elle allait envisager de renforcer les protocoles entre pompiers et forces de l’ordre. C’est la troisième fois depuis le début de l’année que les pompiers de l’Indre sont pris pour cible. Mais jamais à un tel point …   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub