Le leader islamiste de BarakaCity souhaite “Qu'Allah enflamme la tombe” des morts de Charlie Hebdo - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut

samedi 5 septembre 2020

Le leader islamiste de BarakaCity souhaite “Qu'Allah enflamme la tombe” des morts de Charlie Hebdo

Alors que l’hebdomadaire satirique a republié les caricatures de Mahomet, le prédicateur islamiste Idriss Sihamedi s’est fendu d’un message rempli de haine sur son compte Facebook.

Le leader islamiste de BarakaCity souhaite “Qu'Allah enflamme la tombe” des morts de Charlie Hebdo

Par : . . . . (Source-Auteur) | . . . .

Mercredi 2 septembre, pour marquer l’ouverture du procès des attentats de janvier 2015, Charlie Hebdo a republié en Une les caricatures de Mahomet qui lui ont valu d’être pris pour cible par les frères Kouachi. Si de nombreux Français ont salué ce geste, certains pays du Moyen-Orient, comme l’Iran ou le Pakistan, ont dénoncé une « provocation » et une « insulte ». Sur le territoire français, Idriss Sihamedi, le leader islamiste de la sulfureuse association BarakaCity, a publié un message rempli de haine sur son compte Facebook, pour lui aussi condamner cette réédition. 

‏ •   LIRE AUSSI :

« C’est quoi cette histoire ??? Ils insultent notre prophète, se moquent de lui, offensent les musulmans du monde entier gratuitement et nous demandent d’accepter ça au nom de ‘valeurs’ qu’ils ne respectent même pas ?! », s’est insurgé le prédicateur salafiste. « Les acteurs de la communauté musulmane devraient marquer la ligne rouge à ne pas franchir. Elle est là ! Personne ne peut offenser notre prophète. Brûlez-nous vivants, jetez-nous en taule 20 ans, ça ne changera rien », a-t-il poursuivi, avant de lâcher : « Qu’Allah maudisse Charlie et enflamme leurs tombes à la chaleur du soleil ». Dans un autre message du même acabit, Idriss Sihamedi révèle qu’il « prie souvent » avec cette phrase : « Puisse le Seigneur augmenter à 2 000 degrés les flammes de leurs tombes [celles des morts de Charlie Hebdo, NDLR] »

Refus de condamner sans réserve l’Etat islamique

Le fondateur de BarakaCity n’en est pas à sa première sortie polémique. Pas plus tard que le 27 août dernier, il avait estimé sur Twitter que « mourir en martyr est la plus belle chose ». « C’est ce qui nous diffère d’eux [les non-musulmans, NDLR] : aimer la mort comme ils aiment la vie », avait-il écrit. En plein crise du coronavirus, Idriss Sihamedi s’était également réjoui de l’épidémie car pour « la première fois de [sa] vie », il pouvait « dire à une femme qui veut [lui] serrer la main ‘non’ dans la joie et la bonne humeur ». Le prédicateur salafiste s’était fait connaître en 2016 lors d’une sortie fracassante dans l’émission Le Supplément de Canal +. Il avait alors ouvertement refusé de condamner sans réserve les exactions de Daech. « Je ne vais pas vous dire : ‘Non, je ne condamne pas’. Donc je pense que oui. Mais je suis gêné de la question », avait-il commenté face à la ministre Najat Vallaud-Belkacem qui n’avait pas jugé utile de s’indigner. 
  …   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub