Lot (46) : Une octogénaire frappée au visage avec une canne et violée par un cambrioleur - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


mercredi 30 septembre 2020

Lot (46) : Une octogénaire frappée au visage avec une canne et violée par un cambrioleur

Un homme de 25 ans a frappé, violé et cambriolé une octogénaire dans le Lot. Déjà connu des forces de l’ordre, il a été identifié grâce à son ADN, relate Le Parisien.

Lot (46) : Une octogénaire frappée au visage avec une canne et violée par un cambrioleur

Par : Anastassia Verbitskaïa | fr.sputniknews.com

Une octogénaire habitant à Figeac (Lot) a subi une agression violente le 17 septembre. Alertés vers 5h30 du matin, les gendarmes sont venus enlever un véhicule accidenté, raconte Le Parisien. Ils ont trouvé à l'intérieur deux postes de télévision et des objets précieux.

Ils ont établi que la voiture appartenait à une femme de 83 ans vivant à côté. Sur place, les agents l’ont découverte avec le visage couvert de sang. Elle a expliqué que peu après 2 heures du matin, allongée dans son lit, elle avait reçu une pluie de coups au visage: un homme vêtu de noir et au visage masqué la frappait avec une canne.

Il l’a ensuite violée à deux reprises avant de l’attacher avec du ruban adhésif. Il a mis encore trois heures à rechercher dans la maison des objets de valeur qu'il a mis dans la voiture de la retraitée. Finalement, il lui a extorqué, sous menace de mort, ses codes de cartes bancaires.

Prenant la fuite, il a dû abandonner le véhicule quelques minutes après à cause d’un accident.

Il invente un complice

Les enquêteurs ont plus tard établi qu’une carte bancaire de la victime avait été utilisée dans un distributeur du centre-ville de Figeac. La caméra a été masquée par le malfaiteur, mais sa silhouette a pu être distinguée.

Les gendarmes locaux ont reconnu un SDF d'une vingtaine d'années qui traîne dans le centre-ville et l’ont placé sous surveillance dans l'attente du retour des expertises ADN retrouvées sur le ruban adhésif. L’analyse a établi, le 22 septembre, que l'ADN appartenait à cet homme de 25 ans, figurant au Fichier national des empreintes génétiques après de nombreux cambriolages.

Le mis en cause a été interpellé le 23 septembre dans un squat de Figeac à côté d’objets volés chez l'octogénaire. Il a reconnu avoir participé au cambriolage, mais a nié être responsable des violences commises, en accusant un complice dont il ne connaît pas le nom. Cependant, son ADN est le seul à avoir été découvert sur les lieux du crime. Le jeune homme a été mis en examen pour viol sur personne vulnérable et pour violences aggravées, et placé en détention provisoire…   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub