Marseille : “Vélo, boules de pétanque...” un policier agressé raconte une “scène de guérilla...!” - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


jeudi 3 septembre 2020

Marseille : “Vélo, boules de pétanque...” un policier agressé raconte une “scène de guérilla...!”

Trois fonctionnaires procédaient à une interpellation dans la cité Castellane lorsqu’ils ont été pris à partie.

Marseille  : “Vélo, boules de pétanque...” un policier agressé raconte une “scène de guérilla...!”

Par : valeursactuelles.com

« On a eu beaucoup de chance ». Après avoir été agressé, avec deux de ses collègues, dimanche 30 août, un policier marseillais a l’impression d’avoir échappé à la mort, a-t-il confié à RTL.

Les agents ont tiré un coup de feu en l’air

Les trois fonctionnaires intervenaient dans la cité Castellane de la cité phocéenne, lorsqu’ils ont été assaillis. « On se retrouve vite entouré par dix, quinze puis vingt personnes, alors que l’on vient de menotter le charbonneur », raconte-t-il. Les comparses du suspect tentent de le « libérer » et lancent sur les agents un « VTT, une boule de pétanque, un volet, des tables, des chaises, des canettes en verres, un poignard », liste la radio, jusqu’à « deux pitbulls ».

‏ •   LIRE AUSSI :

Les membres des forces de l’ordre ont fini par se tirer de la situation grâce à une bombe lacrymogène. « On a eu beaucoup de chance », explique le policier. Et d’ajouter : « Si on prend des objets aussi lourds sur la tête, c’est la paralysie ou la mort ». Pour lui, « ce ne sont pas des émeutes, ce sont des scènes de guérilla urbaine ». Le fonctionnaire a été blessé à l’oeil par un éclat de canette. Un des trois agents, touché par plusieurs coups de pied et des projectiles, a finalement tiré un coup de feu en l’air. Suffisant pour repousser les assaillants une trentaine de secondes seulement.

« Il fallait partir »

« On est resté environ cinq minutes comme ça, on a tenu le plus longtemps possible, avec le sac du dealer qui contenait plus de trois kilos de résine, mais à un moment donné, on s’est regardé : il fallait partir », poursuit Eric, le policier qui a témoigné au micro de RTL. Il enchaîne : « Ça s’est fini avec deux policiers qui courent dans la cité et une trentaine de personnes qui les poursuivent équipées de barres de fer » …   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub