Mayotte : une délinquance “ extraordinairement préoccupante ” selon le gouvernement - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu
Le site docjeanno.fr ® News est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant docjeanno.fr ® News en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut

mercredi 16 septembre 2020

Mayotte : une délinquance “ extraordinairement préoccupante ” selon le gouvernement

Interrogé par un député sur la situation de Mayotte, le ministre des Outre-mer a livré un bilan sans appel sur la délinquance alarmante qui sévit dans le département.

Mayotte : une délinquance “ extraordinairement préoccupante ” selon le gouvernement

Par : valeursactuelles.com

« La situation à Mayotte est extraordinairement préoccupante », a reconnu ce mardi 15 septembre le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, à l'Assemblée nationale. Interrogé par la députée LREM de Mayotte, Ramlati Ali, le ministre a expliqué vouloir améliorer les choses en parlant de la racine du problème, « en regardant les choses en face et en en parlant sans tabou », selon une information rapportée par Le Figaro. L'actualité conforte cette préoccupation de la députée : la semaine dernière, des affrontements ont impliqué 200 personnes à Mayotte. Des bandes rivales de deux localités voisines ont conduit le maire de Tsingoni à fermer les établissements scolaires pendant plusieurs jours, car il ne pouvait pas garantir la sécurité des élèves.

La situation à Mayotte « malheureusement ne date pas d'hier »

Toujours selon Le Figaro, la députée Ramlati Ali avait pris la parole dans l'hémicycle pour évoquer dans sa question au gouvernement une jeunesse délinquante de plus en plus violente, et la colère des Mahorais contre les immigrés clandestins en provenance des Comores, situées à proximité. Résigné, Sébastien Lecornu a précisé que la situation à Mayotte « malheureusement ne date pas d'hier ». Mais le ministre des Outre-mer ne s'est pas montré fataliste : il a nommé clairement le « défi » de « l'immigration clandestine ».

La moitié de la population de nationalité étrangère à Mayotte

Le problème des Mahorais gangrenés par l'immigration est admis à gauche comme à droite. Les gouvernements qui se sont succédé n'ont pas réussi à trouver de solution contre ce flux qui amène des problèmes de délinquance d'une violence rare. L'Insee avance des chiffres concrets, rapportés par Le Figaro : la moitié de la population de Mayotte est de nationalité étrangère, dont une grande majorité vit clandestinement sur le territoire... et elle vient des Comores voisines. Ainsi, Sébastien Lecornu a tenu à rappeler que le plan Shikandra « a produit des résultats significatifs en 2019 », avant d'être contrarié : « Malheureusement il a été gêné par le confinement et la crise Covid ». En se basant sur les chiffres, le plan Shikandra, mis en place pour lutter contre l'immigration clandestine, a permis de dépasser l'objectif même qu'il s'était fixé de 25 000 reconduites à la frontière. En attendant, il y a urgence et Mayotte ne peut pas attendre que la crise sanitaire passe : le préfet de Mayotte alertait au mois d'août au sujet des conséquences dramatiques du confinement de mars sur la délinquance. En effet, les étrangers en situation irrégulière ne pouvaient plus être reconduits. La région a ainsi supporté 13 000 personnes concernées « qui se livrent à des luttes territoriales, qui donnent lieu à une délinquance d'appropriation, parce qu'il faut bien qu'elles vivent », s'était-il alors navré, selon son témoignage rapporté par Le Figaro …   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub