Média : La chaîne M6 bannie d'Algérie pour un documentaire - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu
Le site docjeanno.fr ® News est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant docjeanno.fr ® News en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut


NOUVEAU ICI ► 01 Cnews®


mardi 22 septembre 2020

Média : La chaîne M6 bannie d'Algérie pour un documentaire

La chaîne de télévision privée française subit une punition après la diffusion d'un documentaire sur le mouvement de protestation populaire algérien, réprimé par le gouvernement.

La chaîne M6 bannie d'Algérie pour un documentaire

Par : valeursactuelles.com

Dimanche 20 septembre, la chaîne M6 a fait couler beaucoup d'encre de l’autre côté de la Méditerranée. Un documentaire diffusé le jour même est à l'origine de la polémique : « L’Algérie, le pays de toutes les révoltes ». Selon une information rapportée par Le Figaro, l'émission Enquête Exclusive s'est intéressée au mouvement de protestation populaire du Hirak, en Algérie. Une image donnée de l'Algérie via des témoignages de la jeunesse qui a fortement déplu au gouvernement algérien, au point d'interdire tout bonnement M6 sur son territoire.

Des « clichés les plus réducteurs » possibles incriminés

Toujours selon Le Figaro, ce sujet filmé certaines fois en « caméras discrètes » d'une durée de 75 minutes a fortement déplu au gouvernement algérien. Au point de réagir dès le lendemain dans un communiqué… pour bannir la chaîne française. Ainsi, le ministère de la Communication égraine plusieurs reproches dans le contenu du sujet : des « témoignages insipides », aux «clichés les plus réducteurs », en passant par « une somme d'anecdotes sans profondeur ». Car ce documentaire touche à un sujet sensible en Algérie : le « Hirak », le mouvement de protestation auprès duquel le pouvoir s'évertue à faire la sourde oreille. Le ministre de la Communication soutient en outre que le reportage « porte un regard biaisé sur le Hirak » dans ce même communiqué, et qu'« une journaliste franco-algérienne a assuré la réalisation du film, avec l'aide d'un “fixeur algérien”, munis d'une fausse autorisation de tournage ». Il ajoute que l'affaire sera « au demeurant sévèrement sanctionnée ».

En attendant, le pouvoir engagera des poursuites pour « faux en écriture authentique ou publique ». Le ministère estime qu'il « n'est pas fortuit que ces médias, outillés pour exécuter un agenda visant à ternir l'image de l'Algérie et à fissurer la confiance indéfectible établie entre le peuple algérien et ses institutions, agissent de concert et à différents niveaux et supports ». En conséquence, le ministère a décidé de sévir selon Le Figaro : « Ce précédent nous conduit à décider de ne plus autoriser M6 à opérer en Algérie, sous quelque forme que ce soit » …   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub