Migrants & Brexit : le port de Calais ne veut plus payer les contrôles migratoires - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu
Le site docjeanno.fr ® News est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant docjeanno.fr ® News en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut

mercredi 16 septembre 2020

Migrants & Brexit : le port de Calais ne veut plus payer les contrôles migratoires

Le président du Port de Calais hausse le ton face à l'Angleterre à l'approche du Brexit...

Migrants & Brexit : le port de Calais ne veut plus payer les contrôles migratoires

Par : france3-regions.francetvinfo.fr / hauts-de-france

Le port de Calais "n'acceptera plus de payer les 8 millions d'euros de facture" que coûtent les contrôles migratoires, a menacé mardi son président, appelant le gouvernement à revoir les accords du Touquet avant le 31 décembre pour "envoyer la facture au Royaume-Uni, désormais sorti de l'UE".

"Lorsque les accords bilatéraux entre la France et l'Angleterre -fixant à Calais la frontière britannique- ont été signés en 2004, la Grande-Bretagne faisait partie de l'Union européenne. Il nous a été donné l'ordre de faire ces contrôles et d'employer du personnel", a rappelé à l'AFP Jean-Marc Puissesseau, président de la société d'exploitation des ports du littoral.

"Le trafic ayant depuis augmenté, nous avons de plus en plus de personnel et en sommes aujourd'hui arrivés à une dépense annuelle de 8 millions d'euros, qui risque de croître si le trafic augmente encore", a-t-il regretté.

Le Royaume-Uni ayant quitté l'UE le 31 janvier 2020 et devant cesser d'appliquer les règles européennes à partir du 1er janvier 2021, "les bases qui ont servi d'accord ne sont plus les mêmes", a estimé M. Puissesseau. "Nous ne voulons pas continuer à payer ces contrôles", qui représentent "320 millions d'euros sur les quarante ans de concession qui restent", a-t-il lancé, confirmant une information de France Bleu.

"Je veux être indemnisé"

Recherche des êtres humains par ondes millimétriques, détection des battements du coeur, mesure du CO2, fouilles: quelque 200 personnes sont actuellement employées sur les différents postes de contrôles destinés à empêcher le passage des migrants cachés dans les camions. Le président du port a donc "écrit au Premier ministre Jean Castex", pour réclamer une révision des accords bilatéraux qui "permettrait d'envoyer la facture au Royaume-Uni".

"Je veux être indemnisé", quitte à ce que "la France paye si elle pense avoir les moyens de le faire", a-t-il insisté. Selon M. Puissesseau, les pertes liées à l'épidémie de Covid-19 sont par ailleurs estimées à 30 millions d'euros, le port enregistrant un chiffre d'affaire annuel de 100 millions d'euros.

Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France qui est propriétaire du port, a "récemment échangé avec M. Puissesseau, soutient son initiative, et entend adresser lui même un courrier au premier ministre sur la question", a de son côté indiqué la région …   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub