Migrants dans la Manche : la police britannique fustige l’emploi des réseaux sociaux - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut

vendredi 4 septembre 2020

Migrants dans la Manche : la police britannique fustige l’emploi des réseaux sociaux

Ces pics de tentatives de traversée seraient liés à l’utilisation des réseaux sociaux par les réseaux de passeurs de migrants.

Migrants dans la Manche : la police britannique fustige l’emploi des réseaux sociaux

Par : Le Parisien avec AFP

Mercredi encore, 116 migrants ont été secourus alors qu'ils tentaient de traverser la Manche depuis les plages du Pas-de-Calais. Ces derniers temps, le nombre de personnes qui tentent cette dangereuse odyssée atteint des records.

Pour l'agence britannique de lutte contre la criminalité organisée (NCA), ces nombres élevés de tentatives de traversée seraient liés aux réseaux sociaux, largement utilisés par les réseaux de passeurs de migrants. S'exprimant devant une commission parlementaire, Rob Jones, l'un des responsables de la NCA, a exprimé la frustration de la police face au refus des plateformes de bloquer des comptes utilisés par les passeurs.

« Sur les cinq premiers mois de l'année, nous avons demandé aux réseaux sociaux la fermeture de 1200 pages liées à des filières d'immigration clandestine », a-t-il déclaré aux députés. « Parmi elles, 578 ont été fermées et les demandes ont été rejetées pour 485 autres au motif qu'elles ne contrevenaient pas aux conditions d'utilisation. »

‏ •   LIRE AUSSI :

Les promesses de Boris Johnson

À quelques mois du durcissement par le Royaume-Uni de sa législation sur l'immigration avec le Brexit, 400 migrants ont traversé la Manche mercredi, selon les autorités britanniques, un nouveau record. Face à la hausse des traversées, le Royaume-Uni a mis en cause la France et promis de mettre fin au phénomène. Plus de 5600 migrants ont traversé la Manche à bord de petites embarcations cette année, selon le ministère britannique de l'Intérieur.

Le Premier ministre Boris Johnson a promis mercredi devant la Chambre des communes de « s'attaquer aux rigidités dans notre législation qui font de ce pays… une cible et un aimant pour ceux qui exploitent les personnes vulnérables de cette manière ». Le gouvernement a chargé un ancien officier de la Marine, Dan O'Mahoney, de s'occuper des moyens de lutter contre ces traversées. Celui-ci a expliqué que les autorités « explorent diverses tactiques », y compris pour lutter contre la « désinformation ».

10 % de migrants déboutés aux Royaume-Uni

« Des délinquants impitoyables profitent de la vulnérabilité de ces migrants, dont certains ne veulent même pas venir au Royaume-Uni… parce que les passeurs ne sont pas payés tant que la dernière partie du voyage n'a pas été effectuée », a-t-il déclaré aux députés, expliquant qu'ils font miroiter aux migrants que « les rues sont pavées d'or au Royaume-Uni ».

Environ la moitié de ceux qui sont arrivés ces derniers mois ont vu leur demande d'asile examinée, selon le gouvernement. 20 % d'entre eux l'ont obtenu, 10 % ont été déboutés, et pour le reste, la décision ne revient pas au Royaume-Uni …   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub