Nièvre (58) : le couple de squatteurs d'une résidence secondaire interpellés et placés en garde à vue - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu
Le site docjeanno.fr ® News est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant docjeanno.fr ® News en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut


NOUVEAU ICI ► 01 Cnews®


samedi 19 septembre 2020

Nièvre (58) : le couple de squatteurs d'une résidence secondaire interpellés et placés en garde à vue

La propriétaire des lieux, une dame de 85 ans, avait porté plainte il y a quelques jours en découvrant les faits.

Nièvre (58) : les squatteurs d'une résidence secondaire interpellés et placés en garde à vue

Par : Isabelle Gollentz et Stéphane Beaujard | bfmtv.com

Un couple de squatteurs qui occupait la résidence secondaire d'une octogénaire vivant en Ehpad a été interpellé ce vendredi matin. La résidence en question se situe à Saint-Honoré-les-Bains, dans la Nièvre.

Le couple occupait les lieux depuis la fin du mois de juillet. Les deux individus ont été interpellés à quelques kilomètres de la maison, qu'ils avaient quittée peu avant.

"La maison sera surveillée par deux brigades de gendarmerie à partir de maintenant donc il n'y a plus aucun problème à Saint-Honoré", s'est félicité le maire de la commune, Didier Bourlon, au micro de BFMTV.

Dans la foulée, l'édile a apposé une mise en demeure sur la porte de la maison, accompagné de gendarmes, et affirmant que l'affaire était close.

Autre affaire d'occupation illégale

Au cours de ces derniers jours, le couple avait affirmé qu'il partirait s'il recevait une mise en demeure. La préfète de la Nièvre, Sylvie Houspic, a décidé d'user de son droit d'expulsion jeudi, mais le couple a manifestement décidé de quitter les lieux avant de la recevoir.

Au micro de BFMTV, l'une des occupantes des lieux avait revendiqué qu'ils n'avaient "rien abîmé. On a enlevé la poussière", se disant même prêts, avant de quitter les lieux, à "payer un loyer".

La médiatisation de cette affaire intervient quelques jours après un cas comparable, à Théoule-sur-Mer, dans les Alpes-Maritimes. Un couple de retraités lyonnais avait découvert sa résidence secondaire squattée par une famille, alors qu'il arrivait pour passer des vacances…   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub