Paris : des dealers coupent le courant pour pouvoir “ faire leur business ” tranquillement - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu
Le site docjeanno.fr ® News est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant docjeanno.fr ® News en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut

mercredi 16 septembre 2020

Paris : des dealers coupent le courant pour pouvoir “ faire leur business ” tranquillement

La courant de la cité de Reverdy (XIXe) est régulièrement coupé. Un réseau de trafiquants, déjà démantelé par le passé, serait à l'origine du désagrément.

 . . . .  TITRE  ARTICLE . . . .

Par : valeursactuelles.com

Comme le rappelle Le Parisien, la cité de Reverdy était un point historique du crack. Située vers le quai de la Loire, dans le XIXe arrondissement de Paris, ce repère de dealers avait fait parler de lui il y a deux ans : un incroyable coup de filet de la police avait mis fin au « zoo ». C'est ainsi que se nommait l'un des hauts-lieux de la drogue de la capitale : cinq familles de dealers avaient été expulsées, ramenant la paix dans le quartier... jusqu'à aujourd'hui. Les dix principaux acteurs du réseau de trafic de drogue avaient été condamnés de 10 mois à 8 ans de prison, toujours selon Le Parisien. Ces peines étaient assorties d'une interdiction de paraître dans le XIXe arrondissement. Hélas, le chef de file du réseau est sorti de prison en novembre dernier, ramenant avec lui son cortège de nuisances, trafics et autres signes d'insécurité dans le quartier.

« Pour pouvoir faire leur business dans le noir, ils ont pété le bloc EDF »

A la nuit tombée, les habitants de cette cité de la capitale tombent sur les dealers et leurs guetteurs. Un policier témoigne sous couvert d'anonymat dans les colonnes du Parisien pour expliquer : ce sont « des mineurs d'une autre cité, parfois cagoulés, interpellés de nombreuses fois et relâchés ». Un autre policier de la zone détaille les raisons qui ont littéralement plongé le quartier dans la pénombre : « Pour pouvoir faire leur business dans le noir, ils ont pété le bloc EDF qui alimente l'électricité de la rue ». Depuis le retour de ce réseau, les forces de l'ordre avancent à l'aveugle : « Ils détruisent régulièrement la caméra PVPP (plan de vidéoprotection de la ville de Paris, géré par la Préfecture de police) à l'angle des rues Reverdy et Moselle », ajoute le deuxième policier.

« Vos gardiens sont actuellement absents »

Les grilles de la cité de Reverdy lancent un avertissement : « Vos gardiens sont actuellement absents ». Ces affiches sonnent comme une menace, surtout lorsque l'on en connaît les raisons : le gardien, qui est un salarié de la Régie immobilière de la ville de Paris (RIVP), vivait sur place. Il est désormais en arrêt maladie. Sa vie était potentiellement en danger, puisqu'il a été menacé de mort. Le bailleur social va « l'exfiltrer » : « Evidemment, ça ne se bouscule pas au portillon pour aller travailler là-bas », ajoute une source de la RIVP auprès du Parisien. Ainsi, sans caméras, sans lumière et sans gardien, les policiers se retrouvent impuissants face à la situation : malgré plusieurs centaines de galettes de crack saisies et l'arrestation d'un livreur du réseau qui transportait 14 500 euros en liquide selon une information rapportée par le quotidien grâce à la BAC (brigade anticriminalité), les dealers sont rois dans leur quartier. Une source proche du dossier a précisé au Parisien : « Ce quartier est négligé. On ne donne pas assez de moyens aux policiers. Il faudrait les équiper de caméras tactiques, invisibles ». En attendant, grâce à l'arrestation de l'un des frères importants du réseau de trafiquant, « il y a moins d'activité qu'il y a trois semaines », reconnaît un habitant. Dans la rue Reverdy et le passage Vincent-Scotto, l'éclairage a été rétabli ce lundi. Le calme avant la tempête ? …   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub