Paris : “La manif pour tous” dénonce “le nouvel esclavage de la GPA” au salon “Désir d’enfant” - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


dimanche 6 septembre 2020

Paris : “La manif pour tous” dénonce “le nouvel esclavage de la GPA” au salon “Désir d’enfant”

L’ouverture du salon “Désir d'enfant”, ce samedi à Paris, a été accompagné par une manifestation de plusieurs associations dont “La manif pour tous” pour dénoncer “le nouvel esclavage de la GPA”.

Paris : “La manif pour tous” dénonce “le nouvel esclavage de la GPA” au salon “Désir d’enfant”

Par : valeursactuelles.com

« Ici on achète et on vend des enfants… » La première journée du salon « Désir d’enfant », organisé à Paris, a été quelque peu houleuse. Une manifestation de plusieurs associations, dont « La manif pour tous », s’est en effet tenue à l’entrée du salon pour dénoncer « le nouvel esclavage de la GPA ». Comme le relaye Vosges Matin, la présidente de « La manif pour tous » Ludovine de la Rochère a fustigé « un salon commercial de procréation humaine » devant des jeunes filles grimées en Marianne, le poing levé.

‏ •   LIRE AUSSI :

« Les gens en mal d’enfants sont des personnes très déterminées »

Comme le précise le quotidien régional, le salon est centré sur la PMA, mais aussi sur le processus de gestation pour autrui (GPA), pratique illégale en France. Sur le salon, qui se tient à l’espace Champerret, dans le nord-ouest de la capitale, aucune démarche commerciale pour la GPA n’est théoriquement autorisée. Mais lors de conférences vidéos, certains groupes américains comme IARC Surrogacy n’hésitent pas à « se vendre » auprès du public français. « Oui, la GPA est interdite en France, mais alors, que doivent faire les parents qui veulent un enfant et dont toutes les alternatives ont échoué ? Renoncer ? Avoir un enfant est une décision réfléchie, pensée. Vous savez, les gens en mal d’enfants sont des personnes très déterminées », expliquent dans les colonnes de La Croix deux visiteurs du salon.

Pour rappel, le 1er septembre dernier, un référé-liberté était déposé auprès du tribunal administratif de Paris, exposant les libertés fondamentales menacées par la GPA, dont une « atteinte à la dignité humaine, résultant de la marchandisation du corps. » Recours rejeté le 2 septembre …   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub