Peine de mort : Castaner, en bon gauchiste dénonce les “vieilles lunes” du RN - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


dimanche 20 septembre 2020

Peine de mort : Castaner, en bon gauchiste dénonce les “vieilles lunes” du RN

L'ancien ministre de l'Intérieur donne son opinion sur la question dans les colonnes du JDD. Une majorité de Français s'était prononcée en faveur du rétablissement de la peine de mort.

Peine de mort : Castaner, en bon gauchiste dénonce les “vieilles lunes” du RN

Par : valeursactuelles.com

Dans le Journal du dimanche paru ce dimanche 20 septembre, Christophe Castaner investit la rubrique « Opinions et controverses ». Le président du groupe LREM à l'Assemblée nationale s'exprime sur la question de la peine de mort, qui a agité le débat depuis que les Français se sont dit favorables à son rétablissement. L'occasion pour l'ancien ministre de tacler l'extrême droite à qui ce débat profite selon lui.

« Une escalade de la violence dont nul ne sait où elle pourrait s’arrêter »

Dans un premier temps, Christophe Castaner évoque dans le Journal du dimanche "l’honneur de la France" amené par Robert Badinter, « il y a près de quarante ans », lorsqu'il « montait à la tribune de l’Assemblée nationale et demandait l’abolition de la peine de mort », et ce, « malgré l’opinion ». Le ton est donné : l'opinion n'a pas forcément raison, la majorité de Français favorables au rétablissement de la peine de mort en 2020 non plus. Christophe Castaner invite néanmoins à une réflexion sur le sondage Ipsos/Sopra Steria qui a révélé ce chiffre de 55% : « Au-delà des postures de quelques-uns, ce sondage doit nous amener à réfléchir. Pour beaucoup, et j’en suis, l’abolition de la peine de mort est un pas de géant, une garantie de l’État de droit et un fondement de notre démocratie. Mais, pour nombre de nos concitoyens, ce n’est pas le cas ».

L'occasion pour le président de groupe LREM de confisquer le sujet à l'« extrême droite », dans laquelle il inclut le parti de Jordan Bardella : « Faut-il, comme l’extrême droite, se précipiter et prendre toutes les positions les plus caricaturales ? Non, jamais. Nous ne pouvons en aucun cas nous renier. Faut-il, à l’inverse, avec une forme de condescendance et la certitude d’appartenir au camp du bien et de la raison, ignorer ceux qui ne pensent pas comme nous ? Non, jamais ». Un « et en même temps » fidèle au positionnement qui a fait En Marche, donc.

« Résistons aux vieilles lunes et aux discours simplistes des extrêmes »

Cette tribune dans le JDD s'adresse frontalement au Rassemblement national. Christophe Castaner vise Jordan Bardella, qui, « il y a quelques jours, porté par le résultat d’un unique sondage, prenait la parole sur une chaîne de télévision en continu et proposait aux Français d’en permettre le rétablissement ». Se hissant au-dessus du RN en proclamant : « Les Français attendent mieux que nous », il condamne fermement une opinion qu'il comprend... mais qu'il n'admet pas lorsqu'elle est portée par le RN : « Rien ne paverait plus la voie du populisme ». Remonté, Christophe Castaner se dédouane de détenir une vérité : « Non pour asséner notre vérité, mais pour persuader et expliquer, pour faire valoir nos arguments, les faire comprendre et les défendre ». Mais il semble détenir au moins une vérité, celle que le Rassemblement national, qu'il nomme dès qu'il parle d'extrême droite, a tort : « Résistons aux vieilles lunes et aux discours simplistes des extrêmes. Notre démocratie et nos libertés sont fragiles. Soyons-en les défenseurs acharnés, quelles que soient les difficultés » …   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub