Squatteurs de Théoule-sur-mer : l'un des indésirables interpellé pour violences conjugales - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut

mardi 8 septembre 2020

Squatteurs de Théoule-sur-mer : l'un des indésirables interpellé pour violences conjugales

Le couple d’intrus a quitté les lieux après une violente dispute. Le mari a été placé en garde à vue pour des faits de violences conjugales.

Squatteurs de Théoule-sur-mer : l'un des indésirables interpellé pour violences conjugales

Par : valeursactuelles.com

Rebondissement dans l’affaire des squatteurs de Théoule-sur-Mer (Alpes-Maritimes). Depuis deux semaines, la résidence secondaire des Kaloustian, un couple de retraités, est habitée par un couple d’intrus et leurs deux enfants. Jusqu’au lundi 7 septembre, impossible de les déloger. Mais sur les coups de 18h30, une violente dispute a éclaté entre les époux squatteurs, rapporte BFMTV. L’altercation a provoqué l’intervention des gendarmes et l’interpellation du mari, actuellement en garde à vue pour violences conjugales. La mère de famille a, elle, quitté les lieux avec ses deux enfants.

Les squatteurs dupés par un mystérieux intermédiaire ?

Contacté par BFMTV, l’épouse s’est défendue et a expliqué avoir été dupée dans cette affaire. « On a un logement sur Paris, mais mon mari a eu des problèmes et on a dû quitter Paris », a-t-elle expliqué aux journalistes sur place. « On a dormi plus d’une semaine en station-service avec les enfants, ensuite mon mari a rencontré une personne qui lui a dit : ‘Je peux vous louer un logement’, et donc mon mari a payé et c’est lui qui nous a emmené ici », plaide-t-elle en précisant que la famille a dû « payer presque 1 000 euros » à cet intermédiaire et que ce dernier « reviendrait chaque mois pour [leur] prendre de l’argent ». Si les propriétaires ont indiqué que les serrures ont été changées pour les empêcher d’entrer, la femme a démenti auprès de BFMTV : « On n’a pas forcé la maison pour entrer. Y’a rien qui est cassé. On nous a donné les clés pour entrer. Nous on n’a pas changé les serrures ».

Une procédure encore longue

Si Henri Kaloustian, le propriétaire de la maison se dit « content » de l’évolution de la situation, il se méfie néanmoins de la suite des événements. En effet, comme il le confie à BFMTV, sa maison « n’est pas libre ». En effet, un homme se présentant comme un ami de la famille des squatteurs est toujours sur place, bien qu’il ait promis de partir dès ce mardi 8 septembre. De plus, la voie judiciaire pour reprendre possession de la maison pourrait être laborieuse. « Il faut que ce soit le propriétaire qui prouve que c’est sa résidence et engage lui-même, moyennant des frais d’avocat, une demande d’expulsion. C’est une procédure civile qui peut être longue » et s’étendre sur plusieurs semaines, voire plusieurs mois, a regretté le maire de Théoule-sur-Mer, Georges Botella, au micro de BFMTV …   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub