Un prêtre italien de 51 ans poignardé à mort par un migrant qu'il aidait - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


jeudi 17 septembre 2020

Un prêtre italien de 51 ans poignardé à mort par un migrant qu'il aidait

Le prêtre Roberto Malgesini est mort à l’âge de 51 ans. Son agresseur, un sans-papier tunisien, atteint de “troubles psychiques”, s’est rendu de lui-même.

Un prêtre italien de 51 ans poignardé à mort par un migrant qu'il aidait

Par : valeursactuelles.com

Il était un homme respecté, aimé et qui avait consacré sa vie pour aider les autres. Mais à 51 ans, Don Roberto Malgesini, prêtre du diocèse de Côme, a perdu la vie, tué par un sans-abri marginal qu’il s’évertuait pourtant d’aider, rapporte Vatican News. Son agresseur, un Tunisien de 53 ans, vivait illégalement en Italie depuis plus de six ans, précise La Repubblica. Il était atteint de troubles psychiques et vivait dans la rue. C’est lui-même qui s’est rendu à la police en expliquant son geste de manière confuse. « Il faisait partie d’un complot contre moi, les autorités, les juges, les avocats et les médecins ». Il a avoué aussi avoir acheté un couteau pour se protéger des « gens qui lui voulaient du mal ».
 
Le père Roberto Malgesini l’avait pourtant aidé le connaissant depuis plusieurs mois. Mais il a été tué de plusieurs coups de couteau, dont un au niveau du cou. Le diocèse a rendu hommage à un homme qui a « toujours été proche des personnes en difficulté et qui n’a jamais manqué de soutenir ceux qu’il a rencontrés sur son chemin, constamment et sans repos, au service de toute forme de fragilité humaine ».

La communauté musulmane condamne

Le pape François a aussi adressé un message à sa famille et à toute la communauté : « Je me joins à la douleur et à la prière de la famille du prêtre du diocèse […] Prions en silence pour le Père Roberto Malgesini et pour tous les prêtres, les religieux, les laïcs et tous qui travaillent avec les nécessiteux et qui sont rejetés par la société ».
 
L’évêque de la ville lombarde a exprimé quant à lui « sa grande tristesse » et la communauté musulmane de Côme a dénoncé un « crime ignoble » avant de présenter ses condoléances à la famille de la victime…   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub