VIDEO - “Les Sud-Africains d’abord...!” : manifestation anti-immigration devant l’ambassade du Nigéria en Afrique du Sud - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


jeudi 24 septembre 2020

VIDEO - “Les Sud-Africains d’abord...!” : manifestation anti-immigration devant l’ambassade du Nigéria en Afrique du Sud

Les manifestants ont déploré la trop grande présence de clandestins et le trafic d’humains qui règne en Afrique du Sud.

VIDEO - “Les Sud-Africains d’abord...!” : manifestation anti-immigration devant l’ambassade du Nigéria en Afrique du Sud

Par : valeursactuelles.com

« Les Sud-Africains d’abord ». Voici le slogan qui a été scandé lors d’une manifestation à Pretoria en Afrique du Sud mercredi 23 septembre. Des habitants de la capitale ont marché de la Place de l’Eglise à l’ambassade du Nigeria pour protester contre l’immigration massive dans leur pays. En effet, plus de 2,2 millions d’étrangers auraient été accueillis en Afrique du Sud d’après un recensement datant de 2011. Selon la chaîne d’informations Africa News, il s’agirait de réfugiés politiques, de migrants économiques ou encore de travailleurs expatriés qualifiés provenant du Lesotho, du Mozambique et du Zimbabwe.

Ces individus mettraient davantage en péril l’accès à l’emploi des locaux. Les Sud-Africains seraient donc à cran… L’ « intolérance » à l’immigration dégénèrerait parfois en violence collective, relate Africa News. C’était le cas en septembre 2019 où 12 personnes ont été assassinées lors d’une attaque dans des entreprises étrangères, dans le centre financier de Johannesburg.



Dans un rapport d’une soixantaine de pages, l’organisation Human Rights Watch (HRW) a assuré que la xénophobie était répandue en Afrique du Sud. Alors que le pays dépasse les 30% de chômage, les étrangers seraient les « boucs émissaires » de l'insécurité économique pour HRW. Le rapport a notamment révélé 50 témoignages de ressortissants africains et asiatiques qui seraient victimes de xénophobie « routinière » et « parfois mortelle », relaye Africa News. D’après l’ONG, la police ne se mobiliserait pas pour protéger les immigrants ou même pour investiguer les crimes commis contre eux. Même si le gouvernement avait lancé en mai 2019 un plan d'action pour lutter contre l’ « intolérance », HRW a estimé que ce n’était que « des mots sur le papier ». L’organisation a donc fini par appeler à des « mesures plus urgentes et concrètes »…   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub