VIDÉO - Mépris de classe : pour l'adjoint au maire EELV de Paris centre, le tour de France vend du rêve aux “chômeurs...!” - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu
Le site docjeanno.fr ® News est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant docjeanno.fr ® News en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut


NOUVEAU ICI ► 01 Cnews®


samedi 19 septembre 2020

VIDÉO - Mépris de classe : pour l'adjoint au maire EELV de Paris centre, le tour de France vend du rêve aux “chômeurs...!”

Après la réponse cinglante du patron du Tour de France aux maires écologistes, le maire Europe Ecologie les Verts dérape dans son commentaire en direct.

 VIDÉO - Mépris de classe : pour l'adjoint au maire EELV de Paris centre, le tour de France vend du rêve aux “chômeurs...!”

Par : valeursactuelles.com

Dans cette séquence diffusé sur CNEWS, le présentateur interroge Jacques Boutault. Maire écologiste parisien, il s'exprime face caméra de chez lui sur la thématique du bandeau : « Christian Prudhomme contre-attaque ». Il s'agit du patron du Tour de France. Les phrases de ce dernier sont reprises par le présentateur : « Ne cassez pas ce qui rassemble », « taper sur ce qui nous lie n'est pas une erreur, c'est une faute », « les maires sont-ils trop sectaires ? ». Il attend une réaction de Jacques Boutault, qui se lâche jusqu'à aller dans le mépris de classe.

Les chômeurs n'ont pas le droit de rêver

« Christian Prudhomme défend son job, c'est normal, c'est le directeur du Tour ». Le maire écologiste donne le ton d'un discours moralisateur qui assène le bilan carbone du Tour de France et des chiffres à répétition sur tout ce qui entoure l'évènement... vers le négatif. Les « gadgets inutiles made in China jetés à la population » qu'il méprise tourne en dérision l'évènement, important pour de nombreux Français qui vont jusqu'à soutenir les compétiteurs en bord de chemin. Le présentateur insiste en lui disant qu'il n'entend pas ce que soutient Christian Prudhomme, à savoir que cette compétition « fait partie de notre histoire ».

Mais le maire écologiste n'en démord pas, et bondit vers... le chômage : « Le sport spectacle a une fonction, mais il le dit Christian Prudhomme ; il y a 35% de chômeurs, on va pas leur donner du boulot, on va leur faire regarder le Tour de France et leur filer des goodies. Vous croyez que c'est comme ça qu'il faut gérer les choses ? ». Prudent, le présentateur nuance immédiatement le discours prêté au patron du Tour de France et précise qu'il n'est pas sûr qu'il faille interpréter ses propos de cette façon. « Il est là pour faire rêver les Français, il fait son job : il leur file des gadgets inutiles, il leur vend du spectacle, n'empêche qu'on leur donne pas de boulots en attendant, et en attendant ils restent calés devant leur télé à rêver à des exploits de types hyperdopés », assène-t-il, en donnant dans le mépris de classe le plus total. Face à un discours qui sous-entend que le Français n'est utile qu'en travaillant, Florian Philippot soupire en plateau : « Que de tristes sirs ces élus verts !»…   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub