VIDÉO : “Qu'ils retournent vivre dans les pays de dictature...!”, Zohra Bitan fustige les anti-Charlie - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


mercredi 9 septembre 2020

VIDÉO : “Qu'ils retournent vivre dans les pays de dictature...!”, Zohra Bitan fustige les anti-Charlie

La chroniqueuse des Grandes Gueules a dénoncé le comportement de ceux qui “instrumentalisent une espèce de pseudo-islamophobie qui n’existe pas”.

VIDÉO : “Qu'ils retournent vivre dans les pays de dictature...!”, Zohra Bitan fustige les anti-Charlie

Par : valeursactuelles.com

La colère de Zohra Bitan. En cette période de procès des attentats de janvier 2015, la chroniqueuse des Grandes Gueules n’a une nouvelle fois pas mâché ses mots pour définir ceux qui critiquent encore Charlie Hebdo, cinq ans après la tuerie. Alors que le journal satirique a republié en Une les caricatures de Mahomet qui lui avaient valu d’être pris pour cible par les frères Kouachi, de nombreuses voix s’élèvent, en France et ailleurs, pour crier à la provocation. La « Grande Gueule » les invite à « retourner vivre dans les pays de dictature ».

Pas un procès « contre les musulmans »

« Le procès de Charlie doit faire notre introspection générale, sur où nous en sommes, où nous allons, et qui nous emmène dans le mur. C’est absolument incroyable de voir comment certains continuent de relativiser, de raser les murs, comment certains continuent d’instrumentaliser une espèce de pseudo-islamophobie qui n’existe pas », a dénoncé Zohra Bitan, expliquant que le procès Charlie n’était pas un procès « contre les musulmans », mais « pour que nous restions le pays des Lumières qui accueille, intègre et assimile ». Pour la chroniqueuse, « ceux qui ne veulent pas l’admettre » doivent « retourner vivre dans les pays de dictature, ils reviendront à genoux ».

« Moi, je suis profondément Charlie, je resterai toujours Charlie, parce que chaque jour, je me dis que j’aurais pu naître en Afghanistan, à Kaboul, en Iran, en Algérie, où mes droits n’auraient pas été les mêmes », a-t-elle ensuite plaidé, la voix tremblante …   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub