VIDÉO - Syndicaliste voilée : Leïla Slimani juge “lamentable” le refus d’auditionner Maryam Pougetoux - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


mardi 22 septembre 2020

VIDÉO - Syndicaliste voilée : Leïla Slimani juge “lamentable” le refus d’auditionner Maryam Pougetoux

La lauréate du prix Goncourt déplore sur France 5 que la députée Anne-Christine Lang se cache derrière le féminisme pour attaquer l'étudiante voilée.

VIDÉO - Syndicaliste voilée : Leïla Slimani juge “lamentable” le refus d’auditionner Maryam Pougetoux

Par : valeursactuelles.com

La représentante de l'Unef, Maryam Pougetoux, devait être auditionnée par la commission parlementaire jeudi 17 septembre pour « mesurer et prévenir les effets de la crise du Covid-19 sur les enfants et la jeunesse ». Pourtant, le groupe LR ainsi que la députée LREM Anne-Christine Lang en avaient décidé autrement : ils ont quitté la pièce, refusant de cautionner la présence d'une étudiante voilée. L'écrivaine Leïla Slimani s'est exprimée sur cette polémique dimanche 20 septembre. Invitée sur le plateau de « C Politique », elle a fait savoir tout le mal qu'elle pensait de cette démarche.

« Je trouve ça indigne, déloyal »

Sur la séquence partagée par le compte Twitter de l'émission, Leïla Slimani désapprouve ce qui est arrivé à Maryam Pougetoux : « Je trouve ça lamentable, indigne, déloyal ». « Moi, j'ai appris que la démocratie et la République, c'était pas ça », poursuit-elle, avant de décliner son idéal démocratique : « On m'a pas dit que la démocratie, c'est d'humilier les gens, de les mépriser, de les réifier, c'est de regarder quelqu'un, c'est de regarder quelqu'un et de lui dire : 'en fait je ne te reconnais pas comme un citoyen, je ne fais pas société avec toi, tu ne m'intéresses pas, je ne veux pas parler avec toi ». La lauréate du prix Goncourt considère qu'« il y a une grande différence entre être contre le voile, et s'attaquer à une femme voilée : parce que faire ça, c'est faire exactement la même chose que les gens qui s'attaquent à une femme en cheveux (sic), en lui disant qu'elle est une prostituée. C'est réifier la femme, et réduire la femme à ce qu'elle a ou à ce qu'elle n'a pas sur la tête ».

« Ces gens osent utiliser le mot de féminisme, honnêtement, ça me fait honte »

Ensuite, Leïla Slimani vise la députée Anne-Christine Lang, qui a quitté l'audition : « On peut être contre le voile, ça je le comprends chacun a le droit d'avoir les opinions qu'il a, tout le monde connaît mes combats, féministe etc. », avance-t-elle avec prudence. « Moi je voudrais savoir, cette dame qui dit que le voile est un signe de soumission, est-ce qu'elle se comporte comme ça avec tous les gens qu'elle pense soumis ? Est-ce que les gens soumis, elle les méprise ? Et elle considère qu'ils sont indignes qu'elle les regarde, et qu'elle discute avec eux ? », s'indigne l'auteure de Chanson Douce. /...

.../ « Et la dernière chose », parachève-t-elle : « Que ces gens osent utiliser le mot de féminisme, honnêtement, ça me fait honte. Ce n'est pas ça le féminisme. Le féminisme, c'est un humanisme, ça n'est pas de manquer comme ça de respect aux gens ». Anne-Christine Lang a réagi à ces propos via un tweet, citant une séquence de l'intéressée : « Aucune attaque 'ad hominem' chère Leila Slimani. Juste un refus de la provocation de l’UNEF, la défense de l’institution et de ses valeurs, de la République et du féminisme universaliste. Toujours"…   LIRE L'ARTICLE COMPLET

Bas Pub