Alain Bauer : «nous avons atteint un niveau exceptionnellement élevé de violence...!» en France - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


vendredi 2 octobre 2020

Alain Bauer : «nous avons atteint un niveau exceptionnellement élevé de violence...!» en France

Le ministère de l’Intérieur vient de publier les chiffres définitifs de l’insécurité et de la délinquance en 2019. Ils confirment une hausse prononcée de tous les types de violences à l’encontre des personnes, notamment des homicides. Cette dernière en dit long sur la violence en France, explique le criminologue Alain Bauer à Sputnik.

Alain Bauer : «nous avons atteint un niveau exceptionnellement élevé de violence...!» en France

Par : Maxime Perrotin | fr.sputniknews.com

Homicides, violences sexuelles, coups et blessures volontaires… après une première photographie de l’insécurité et de la délinquance dans la France de 2019 publiée en janvier, le Service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMSI) a rendu le 30 septembre une copie affinée. Cette étude, dix fois plus fournie que la première, confirme une nette hausse de toutes les violences à l’encontre des personnes.

Surtout, et malgré d’importantes corrections et requalifications statistiques, avec 880 homicides enregistrés par les services de police et de gendarmerie en 2019, le nombre de victimes d’homicide sur un an est en hausse de 4% (+35) par rapport à celui de 2015. Une année pourtant marquée par des attentats terroristes ayant causé 148 victimes, contre 4 en 2019.

Autre tendance qui se confirme, la hausse des violences intrafamiliales. Si les coups et blessures volontaires sont en hausse (+8% sur un an) dans le pays, l’évolution de ces violences commises au sein même de la cellule familiale est encore plus prononcée (+14%).

700 victimes de coups et blessures recensées par jour

«Ensauvagement» contre «sentiment d’insécurité» et «effet de loupe télévisuel»: cet ensemble de statistiques des services du ministère de l’Intérieur tranche avec le débat médiatico-politique entourant la montée des violences en France. Des statistiques sur lesquelles revient au micro de Sputnik Alain Bauer, professeur de criminologie au Conservatoire des arts et métiers.

Sputnik: La nouvelle édition du bilan «insécurité et délinquance» du Service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMSI) pour l’année 2019 montre d’une augmentation des homicides de 4% (9% «avant requalification») par rapport à 2018. Comment expliquer une telle augmentation?

Alain Bauer: «D’abord, les homicides, comme la plupart des crimes et délits, fonctionnent soit en accidents –par exemple, un attentat est un accident statistique parce qu’il n’a pas vocation à se produire tout le temps et tous les jours, donc vous avez des accidents statistiques importants en 2015 et 2016 à cause des attentats de début 2015, de fin 2015 et de l’attentat de Nice– soit vous avez des continuités, des cohérences, des mouvements statistiques.

Le mouvement statistique depuis une dizaine d’années est une augmentation régulière, non pas des homicides, mais de “l’homicidité” c’est-à-dire de l’ensemble des éléments qui concourent à l’assassinat, au meurtre, aux coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans l’intention de la donner, aux règlements de comptes, ainsi qu’une petite partie également sur les homicides sur et de mineurs.

Homicides, 2019 est «la pire de la période contemporaine du pays»

Donc vous voyez des mouvements, des mouvements sur le temps long. Vous avez un premier mouvement sur le temps long qui est une forte croissance entre les années 70 et les années 90, ensuite vous avez une forte décroissance jusqu’à 2010 – 2012 et puis une forte reprise de l’activité […] L’année 2019 est en réalité la pire de la période contemporaine du pays, c’est-à-dire depuis 1972, en quantité et, si on prend en compte l’évolution de la population, la troisième sur le podium.»

«Pourquoi est-ce qu’on a cet évènement? D’abord en fonction des évènements tragiques indiqués tout à l’heure –quand vous avez un attentat avec 50, 80 ou 100 morts, évidemment cela bouleverse votre outil statistique– et ensuite parce qu’un climat de violence dans la société s’est affirmé au cours des ans, que l’on voit sur l’ensemble des indicateurs, y compris les coups et blessures volontaires n’ayant pas…   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub