Attaque du commissariat de Champigny : le ministère a déjà recensé 29 assauts similaires depuis le début de l'année - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


mercredi 14 octobre 2020

Attaque du commissariat de Champigny : le ministère a déjà recensé 29 assauts similaires depuis le début de l'année

Parmi ces attaques, une dizaine d’entre elles l’ont été aux mortiers d’artifice et aux cocktails Molotov, hors Paris et sa petite couronne.

Attaque du commissariat de Champigny : le ministère a déjà recensé 29 assauts similaires depuis le début de l'année

Par : valeursactuelles.com

La violente attaque du commissariat de Champigny-sur-Marne constitue-t-elle une rareté en France ? Pas vraiment. D’après Le Canard enchaîné, dès le lendemain des événements, l’exécutif a demandé le recensement du nombre d’attaques contre des postes de police. Et le résultat est édifiant : pas moins de 29 d’entre eux ont été ciblés depuis le début de l’année 2020. Si l’on retire de ce total les jets de canettes des ivrognes et autres « incivilités », c’est une dizaine de commissariats qui ont été pris d’assaut aux mortiers d’artifices et aux cocktails Molotov, hors Paris et sa petite couronne.

« C’est malheureusement la routine »

Quand après l’attaque de Champigny-sur-Marne, les policiers ont vu débarquer en grande pompe le ministre de l’Intérieur et le préfet de police dans leurs locaux, ils ont cru rêver, raconte Le Canard enchaîné. Un agent raconte en effet que ce genre d’assaut survient trois à quatre fois par an, simplement à Champigny-sur-Marne. « Ici, c’est malheureusement la routine », confirme auprès du palmipède un gradé en poste dans le département du Val-de-Marne depuis une quinzaine d’années. « J’ai franchement connu pire, lors des émeutes de 2015. Je ne comprends pas cette soudaine effervescence politique et institutionnelle », ajoute-t-il.

De fait, alors que ce genre d’attaque est devenu banal aujourd’hui, le gouvernement a voulu redoubler de fermeté devant les caméras, en usant d’une communication résolument favorable aux policiers, note Le Canard enchaîné. Sur franceinfo, le Premier ministre Jean Castex a ainsi assuré que les délinquants « auront affaire à nous, on ne se laissera pas faire ». Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin et le président de la République Emmanuel Macron ont ensuite reçu les syndicats de police pour calmer le jeu… jusqu’à la prochaine attaque […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub