Attentat de Conflans : la colère de Didier Cornara, frère d'Hervé Cornara décapité en 2015 par Yassin Salhi “On a oublié mon frère... ils n’ont rien fait” - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


mercredi 21 octobre 2020

Attentat de Conflans : la colère de Didier Cornara, frère d'Hervé Cornara décapité en 2015 par Yassin Salhi “On a oublié mon frère... ils n’ont rien fait”

Alors qu'un hommage national sera rendu à la Sorbonne ce mercredi 21 octobre à Samuel Paty, prof de collège décapité, Didier Cornara, dont le frère a également été décapité en 2015 lors de l'attentat de Saint-Quentin-Fallavier, s'interroge sur le fait qu'en cinq ans peu de choses ont changé.

Attentat de Conflans : la colère de Didier Cornara, frère d'Hervé Cornara décapité en 2015 par Yassin Salhi “On a oublié mon frère... ils n’ont rien fait”

Par : Céline Loizeau , France Bleu Isère | francebleu.fr

16 octobre 2020, Conflans-Saint-Honorine, dans les Yvelines, non loin de son collège, Samuel Paty, 47 ans, prof d'histoire-géo est victime d'une attaque terroriste. Décapité car il avait montré quelques jours avant des caricatures de Mahomet à des élèves lors d'un cours sur la liberté d'expression.

16 octobre 2020, Conflans-Saint-Honorine, dans les Yvelines, non loin de son collège, Samuel Paty, 47 ans, prof d'histoire-géo est victime d'une attaque terroriste. Décapité car il avait montré quelques jours avant des caricatures de Mahomet à des élèves lors d'un cours sur la liberté d'expression.

Forcément, vendredi dernier, quand il apprend la mort par décapitation d'un deuxième homme, Didier Cornara, frère d'Hervé, se dit que "c'est un cauchemar, ça ne va jamais finir." Il dit ne "pas croire que ce soit à cause du prophète. La religion est un prétexte. Les leaders religieux ce qu'ils veulent c'est le pouvoir." Et cinq ans après l'acte barbare dont son frère a été victime de s'interroger encore sur "pourquoi ils ont tué Hervé."

Le nombre de fichés "S" aujourd'hui pose question selon lui

Il interpelle aussi les pouvoirs publics sur l'inefficacité des actions. "A l'époque où mon frère a été assassiné, il y avait 5.000 fichés "S". Aujourd'hui, il y en a plus de 30.000 dont plus de 8.000, extrêmement dangereux. C'est gens-là sont encore en liberté parmi nous (..) Le gouvernement français, je ne sais pas ce qu'il fait. Faut m'expliquer comment il travaille." Rappelons que Yassin Salih avait fait l'objet d'une fiche "S" entre 2006 et 2008, sans que son employeur ne soit au courant.

Le "plus jamais ça" évoqué encore par de nombreux responsables ou ex responsables politiques, Didier Cornara confie en avoir marre. Et il en veut beaucoup à Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur de 2014 à 2016, au moment donc de l'attentat de Saint-Quentin-Fallavier; mais aussi avant ça ceux de janvier 2015 à Charlie-Hebdo, Montrouge, l'Hyper Casher ou encore ceux du 13 novembre (Bataclan, Saint-Denis et attaques de différents cafés des 10e et 11e arrondissement) ou l'attentat de Nice, le 14-Juillet 2016. "Aujourd'hui, on le voit toutes les deux minutes à la télé, c'est vraiment qu'il cherche à se justifier. T'as pas fait le job, c'est tout"

« "C'est un cauchemar, ça ne va jamais finir" - Didier Cornara, frère d'Hervé »

Une minute de silence à Saint-Quentin-Fallavier pour Samuel Paty

Didier Cornara estime aussi que son frère est une victime oubliée. Il explique aussi que l'entreprise familiale a dû verser à Yassin Salhi différentes indemnités en tant qu'employeur après les faits afin de respecter le droit du travail : "vous vous rendez compte !" Six mois après le décès d'Hervé Cornara, Yassin Salih s'est donné la mort dans sa cellule de prison, rendant tout procès à son encontre impossible. L'enquête n'avait pas identifié d'autres responsabilités éventuelles. Ce mercredi, à midi, une minute de silence sera observée en souvenir de Samuel Paty, devant la mairie de Saint-Quentin-Fallavier, la commune où avait été retrouvé Hervé Cornara.

[…]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub