Bretagne : près de Rennes une ancienne gendarmerie transformée en... foyer pour mineurs isolés - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut

vendredi 2 octobre 2020

Bretagne : près de Rennes une ancienne gendarmerie transformée en... foyer pour mineurs isolés

En tout, ce sont 24 jeunes qui vont être pris en charge près de Rennes dès la fin du mois d’octobre.

Bretagne : près de Rennes une ancienne gendarmerie transformée en... foyer pour mineurs isolés

Par : valeursactuelles.com | valeursactuelles.com

En plein débat sur l’accueil des mineurs non accompagnés (MNA), en Bretagne, c’est un foyer bien particulier qui va ouvrir, rapporte Actu.fr Bretagne. 24 jeunes vont être accueillis dans un foyer qui n’est autre… qu’une ancienne gendarmerie. La ville de Liffré a mis à disposition le bâtiment qui appartient au Département pour accueillir ces jeunes dès la fin du mois d’octobre ou au début du mois de novembre. Lors d’une réunion publique tenue le 29 septembre, Liffré a expliqué son choix. « La France a connu ces dernières années une arrivée importante de jeunes. Liffré a été choisie à la suite de deux plans d’actions mis en place en 2017 et 2018 par le Département pour développer l’offre d’accueil ».

Ces jeunes accueillis sont des étrangers âgés de moins de 18 ans. Ils ont été séparés de leurs parents et ont été obligés de fuir à cause de la « misère ou de la guerre », précise le Département, qui s’engage par ailleurs à « assurer leur protection ».

50 000 euros par mineur

Selon la vice-présidente de l’Aide sociale à l’enfance du département, les mineurs viennent essentiellement de Guinée, de Côte d’Ivoire, du Maroc, du Mali ou encore du Pakistan ». Ils ont en moyenne 15 ans et dix mois, et en majorité, ce sont des garçons.

Selon Actu.fr Bretagne, les MNA logeront dans des chambres de la gendarmerie et dans des espaces communs tandis que des veilleurs de nuit assureront la sécurité des « occupants et du bâtiment ». Les 24 mineurs seront aussi pris en charge par une association afin « d’accompagner leur quotidien » et favoriser leur « insertion sociale ». Leurs responsables ont promis de mettre en place des règles avec des « heures de retour » et une « discipline de vie collective » notamment. En tout, 513 places vont être ouvertes dans le Département, qui chiffre leur prise en charge à environ 50 000 euros chacun à l’année…   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub