Islamisme : Idriss Sihamedi en garde à vue pour des tweets contre Zineb El Rhazoui - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


jeudi 22 octobre 2020

Islamisme : Idriss Sihamedi en garde à vue pour des tweets contre Zineb El Rhazoui

Le fondateur de l'association Barakacity a déjà été inquiété par la justice pour des faits de harcèlement en ligne contre Zohra Bitan.

Islamisme : Idriss Sihamedi en garde à vue pour des tweets contre Zineb El Rhazoui

Par : valeursactuelles.com

Ces dernières semaines, les jours se suivent et se ressemblent pour Idriss Sihamedi. Le fondateur de l'ONG musulmane Barakacity, déjà placé en garde à vue, la semaine dernière, pour harcèlement en ligne contre la journaliste de RMC Zohra Bitan, a de nouveau été placé en garde à vue, mercredi 21 octobre. Il est soupçonné des mêmes faits, cette fois à l'encontre de l'ex-journaliste de Charlie Hebdo Zineb El Zhazoui, qui avait elle aussi porté plainte, rapporte notamment Ouest-France.

« Le climat est évidemment politique »

Idriss Sihamedi s'est présenté à la police judiciaire parisienne, mercredi matin, pour être entendu dans le cadre d'une enquête ouverte par le parquet de Paris, laquelle faisait suite à la plainte de l'écrivaine. La semaine dernière, le fondateur de Barakacity avait été placé en garde à vue pour des faits similaires contre Zohra Bitan, donc. La journaliste de RMC évoquait « 120 tweets diffamatoires » publiés sur Twitter par Idriss Sihamedi. Ce dernier y prenait les deux femmes à partie, leur reprochant leurs critiques, dans les médias, de l'islam. Concernant la plainte de Zohra Bitan, l'homme a été libéré sous contrôle judiciaire le 15 octobre, et est convoqué au tribunal correctionnel d’Evry le 4 décembre.

Par ailleurs, mercredi, le gouvernement a engagé, contre l'ONG Barakacity, une procédure de dissolution. Une actualité qui a fait réagir l'avocat du fondateur de l'association. « Le contexte de cette procédure, son timing millimétré et le délai de cinq jours imparti pour répondre aux observations sur la dissolution de BarakaCity n’est pas anodin », a indiqué Me Samym Bolaky. Et d'ajouter : « Le climat est évidemment politique et nous le dénonçons. » […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub