Islamisme à l’école : près de 40% des professeurs s’autocensurent par peur des “accidents...!” - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu
Le site docjeanno.fr ® News est gratuit grâce à l'affichage de publicités, seule source de revenus et financement du contenus libres pour les visiteurs, jusqu’à ce jour.
Merci de nous soutenir en désactivant votre logiciel «Antipub» ou en plaçant docjeanno.fr ® News en liste blanche. 😉Visage faisant un clin d'œil

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut

samedi 17 octobre 2020

Islamisme à l’école : près de 40% des professeurs s’autocensurent par peur des “accidents...!”

La proportion monterait même à plus de 50% dans les zones d’éducation prioritaires (ZEP), selon une étude de l’Ifop.

Islamisme à l’école : près de 40% des professeurs s’autocensurent par peur des “accidents...!”

Par : valeursactuelles.com

Les professeurs, ceux que la République - laïque et indivisible - charge d’enseigner aux élèves un programme commun, sont de plus en plus nombreux à « s’autocensurer » face à l’islamisme, selon un sondage relayé par Europe 1. Jean-Pierre Obin, ancien inspecteur de l'Éducation nationale et auteur du livre Comment on a laissé l'islamisme pénétrer l'école, analyse le phénomène pour la radio.

« Dans les ZEP, ils sont plus de 50% »

Alors que s’ouvre, ce mercredi 2 septembre, le procès des attentats de janvier 2015, le spécialiste explique que « pour un enseignant, c'est le devoir d'expression qui est important, c'est-à-dire son obligation de faire le programme ». Or, une étude de l’Ifop indique que près de 40% des enseignants déclarent s’autocensurer. Objectif : éviter de créer des problèmes avec leurs élèves. « Et dans les ZEP, ils sont plus de 50% », ajoute Jean-Pierre Obin, « parce qu'ils craignent ou ont eu des incidents ».

L’ancien inspecteur de l'Éducation nationale pointe aussi une addition de responsabilités. Il vise particulièrement les « forces politiques, l'Éducation nationale, le manque de formation des enseignants, et le manque de courage de l'administration symbolisé par la doctrine 'surtout pas de vague’ ». L’auteur de Comment on a laissé l'islamisme pénétrer l'école dénonce également la responsabilité des parents d’élèves qui vont « changer leurs enfants d'établissements pour les protéger, engendrant un phénomène de ghettoïsation » des zones où sévit le phénomène.

[…]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub