La Une d'un quotidien iranien caricature Emmanuel Macron en “diable de Paris” - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


mercredi 28 octobre 2020

La Une d'un quotidien iranien caricature Emmanuel Macron en “diable de Paris”

Après les déclarations d’Emmanuel Macron sur la liberté de caricaturer Mahomet, le monde musulman poursuit ses attaques anti-France. La presse iranienne a d’ailleurs ajouté son grain de sel.

La Une d'un quotidien iranien caricature Emmanuel Macron en “diable de Paris”

Par : valeursactuelles.com

Emmanuel Macron dépeint en diable. Voici la récente caricature du quotidien iranien conservateur Vatane Emrouz (La Patrie aujourd’hui). Après les propos du président de la République concernant la liberté de caricaturer le prophète Mahomet lors de l’hommage à Samuel Paty - professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) pour avoir montré une caricature de Mahomet en classe - plusieurs pays musulmans se sont offusqués de cette déclaration. Le journal Vatane Emrouz - réputé proche du pouvoir de Rohani et des ayatollahs - n’a donc pas hésité à illustrer Emmanuel Macron en démon et à titrer sur sa Une : « Le diable de Paris », relate BFMTV mardi 27 octobre.

Mais ce journal conservateur n’a pas été le seul en Iran à s’attaquer au chef de l’Etat français. Le quotidien Keyhan a profité de l’effervescence pour appeler au renvoi de l'ambassadeur de France. Le journal Ebtekar a lui-aussi suivi le mouvement anti-France en titrant : « Le monde de l’islam contre la France et Macron ». Quant à un autre, le Khorasan, il a choisi de titrer : « Macron face à la colère des musulmans ». Ces deux journaux ont illustré leur Une avec une photo du président qui a le visage barré par une empreinte de chaussure, relaye BFMTV.

Depuis plusieurs jours, de nombreux pays comme le Maroc et le Pakistan ont condamné publiquement les prises de position françaises. Des manifestations ont eu lieu dans plusieurs autres pays notamment au Bangladesh. Mardi 27 octobre, des dizaines de milliers de personnes - 40 000 selon la police - ont manifesté dans les rues de Dacca, la capitale du Bangladesh, appelant notamment au « boycott des produits français » et à « punir » Emmanuel Macron. Certains ont même brûlé une effigie du chef de l’Etat… La Turquie avait été l’un des premiers pays à s’attaquer à la France. Recep Tayyip Erdoğan s’en était violemment pris au président français en remettant en cause sa « santé mentale ».


[…]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub