Le Président azerbaïdjanais exige que Macron s'excuse pour ses propos sur les mercenaires au Karabakh - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut

dimanche 4 octobre 2020

Le Président azerbaïdjanais exige que Macron s'excuse pour ses propos sur les mercenaires au Karabakh

Le Président azerbaïdjanais exige que Macron s'excuse pour ses propos sur les mercenaires au Karabakh.

Le Président azerbaïdjanais exige que Macron s'excuse pour ses propos sur les mercenaires au Karabakh

Par : Julia Belyakova | fr.sputniknews.com

Suite aux propos du Président français qui avait évoqué 300 combattants qui, selon lui, «ont quitté la Syrie pour rejoindre Bakou», son homologue azerbaïdjanais a dénoncé ces informations, exigeant que la France présente ses excuses, fait savoir la chaîne Al Arabiya.

«Il n'y a pas de mercenaires, nous avons une armée de 100.000 militaires. Je demande à la France de présenter ses excuses et de faire preuve de responsabilité», a déclaré Ilham Aliev dans une interview à Al Arabiya.

Auparavant, la France avait mis en garde l'Azerbaïdjan, soutenu par la Turquie, et l'Arménie contre le risque d'une «internationalisation du conflit» autour de l'enclave du Haut-Karabakh et d'une «escalade hors de contrôle».

Emmanuel Macron avait dénoncé le transfert de djihadistes syriens depuis la Turquie vers l’Azerbaïdjan, demandant des explications à Ankara.

«Selon nos propres renseignements, 300 combattants ont quitté la Syrie pour rejoindre Bakou en passant par Gaziantep (Turquie). Ils sont connus, tracés, identifiés. Ils viennent de groupes djihadistes qui opèrent dans la région d'Alep», avait-il déclaré vendredi 2 octobre.

Tensions au Haut-Karabakh

La situation s’est détériorée dans la région lorsque l’Arménie et l’Azerbaïdjan ont rejeté l'un sur l'autre la responsabilité des attaques du 27 septembre. Les deux pays ont décrété la loi martiale et annoncé la mobilisation générale.

Plusieurs pays ont appelé les parties en conflit à faire preuve de retenue. La Russie préconise le règlement du conflit et ne soutient pas une partie contre une autre, a déclaré l’ambassadeur de la Russie auprès des Nations unies, Vassili Nebenzia. Les ministres russe et turc des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov et Mevlut Cavusoglu, ont également préconisé la cessation immédiate des hostilités.

Détails à suivre…   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub