«Les policiers sont du gibier pour la racaille» pendant que «Marlène Schiappa fait de l’enfantillage», selon Raufer - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


lundi 12 octobre 2020

«Les policiers sont du gibier pour la racaille» pendant que «Marlène Schiappa fait de l’enfantillage», selon Raufer

Marlène Schiappa, ministre déléguée chargée de la Citoyenneté, a annoncé les axes de la nouvelle stratégie de prévention de la délinquance. Parmi eux, le «travail alternatif payé la journée» pour les jeunes impliqués dans le trafic de drogue. Une bonne idée? Pas pour le criminologue Xavier Raufer, qui s’est confié à Sputnik.

«Les policiers sont du gibier pour la racaille» pendant que «Marlène Schiappa fait de l’enfantillage», selon Raufer

Par : Fabien Buzzanca | fr.sputniknews.com

«La question de la lutte contre les trafics de drogue, c’est la priorité numéro un du ministère de l’Intérieur.» Marlène Schiappa, ministre déléguée chargée de la citoyenneté, a donné une interview exclusive au Figaro, dévoilant les grandes lignes de son nouveau plan de lutte contre la délinquance. Elle y a largement évoqué le trafic de drogue qui gangrène de nombreux quartiers sensibles. Les autorités souhaitent notamment trouver des moyens d’empêcher les plus jeunes de choisir la voie de la délinquance.

«En complément de la lutte contre les réseaux, il s’agit de proposer un contre-modèle aux plus jeunes qui, dans les cités, font le “chouf” et commettent des petits délits pour gagner de l’argent et espérer avoir un rôle dans la société. Je veux montrer qu’il est possible de leur trouver une place dans la société qui passe par un autre chemin, par une voie qui respecte les valeurs de la République», a expliqué au Figaro Marlène Schiappa.

«Marlène Schiappa fait de l’enfantillage. Cela me fait penser aux anciennes bandes dessinées pour enfants, “Martine”. Cette fois ce n’est pas “Martine va à la plage”, mais “Marlène va en Seine–Saint-Denis”», lui rétorque ironiquement le criminologue Xavier Raufer, au micro de Sputnik.

«Manifestement, cette dame ne connaît pas grand-chose aux affaires dont elle parle dans cette interview. Marlène Schiappa est compétente sur un certain nombre de sujets, dont le féminisme, mais concernant la délinquance et le trafic de drogue, on a l’impression qu’elle récite des fiches toutes faites agrémentées de phrases convenues», ajoute celui qui est l’auteur de plus d’une vingtaine d’ouvrages sur la criminalité.


«Cette dame ne connaît pas grand-chose aux affaires dont elle parle»

L’une des idées de la ministre est de développer le travail alternatif payé à la journée ou Tapaj. D’après le site Tapaj France, il s’agit d’un dispositif d’insertion spécifique destiné à des jeunes en difficulté, qui leur permet de mener à bien des activités professionnelles, réalisables sans qualification ou expérience professionnelle particulière. Elles ne nécessitent pas d’engagement sur la durée.

«Donc cela leur donne le goût du travail, le goût de l’effort. De premières expérimentations menées à bas bruit marchent très bien. Nous voulons les étendre à 60 nouveaux quartiers d’ici à 2022», annonce la ministre.

Marlène Schiappa se défend de toute volonté «d’acheter la paix sociale». «Nous allons proposer des travaux très concrets, non qualifiés et sans engagement, indemnisés au jour le jour, avec un accompagnement social. Cela peut être des travaux d’urbanisme, de ramassage ou de nettoyage.»

Pour Xavier Raufer, la priorité est clairement ailleurs: la criminologue assure que le gouvernement a devant lui moins de 20 mois pour régler plusieurs problèmes liés à la délinquance avant…   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub