Polémique : Une plaque en hommage à Arnaud Beltrame estime qu'il a été “victime de son héroïsme” - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


lundi 12 octobre 2020

Polémique : Une plaque en hommage à Arnaud Beltrame estime qu'il a été “victime de son héroïsme”

Passée inaperçue depuis son inauguration par la mairie de Paris en février dernier, cette mention fait aujourd'hui jaser les internautes.

Polémique : Une plaque en hommage à Arnaud Beltrame estime qu'il a été “victime de son héroïsme”

Par : valeursactuelles.com

Le 26 février dernier, Anne Hidalgo se rendait dans l’ancienne caserne de gendarmerie de 3e arrondissement de Paris pour inaugurer un jardin en hommage au colonel Arnaud Beltrame. Sur une plaque verte il est fait mention du « colonel de gendarmerie, assassiné lors de l’attentat terroriste du 23 mars 2018 à Trèbes (Aude), victime de son héroïsme ». Passés relativement inaperçus au moment de l’inauguration, ces derniers mots sont ressortis sur les réseaux sociaux ce lundi 12 octobre. De nombreux internautes réfutent en effet le bien-fondé de cette formule qui sous-entend que le colonel Beltrame aurait été victime… de lui-même.

« Arnaud Beltrame est mort au combat contre le terrorisme islamiste »

C’est l’avocat Thibault de Montbrial qui a été l’un des premiers à relever cette erreur de la mairie de Paris. « Il y en a qui ont manifestement du mal, donc on va le dire à leur place : Arnaud Beltrame est mort au combat contre le terrorisme islamiste. Voilà », a rectifié le juriste sur son compte Twitter.

Le journaliste Éric Naulleau s’est également ému de cette pancarte. « Efface ! », a-t-il simplement écrit, toujours sur Twitter.

Ils sont d’ailleurs nombreux à interpeller Anne Hidalgo, comme le journaliste Mohamed Sifaoui qui estime que « la mairie de Paris s’honorerait à modifier cette ignoble pancarte qui est une insulte à la mémoire du colonel Arnaud Beltrame ».

Le journaliste Clément Weill-Raynal reproche, lui, à la municipalité de ne pas connaître « le sens des mots ». « Pourtant, les effectifs du service communication de la mairie de Paris sont pléthoriques », souligne-t-il.

L’affaire a même pris un tournant politique puisque Marine Le Pen s’est également emparée du sujet. « C’était passé inaperçu quand la plaque avait été dévoilée : suggérer qu’Arnaud Beltrame aurait été victime de lui-même est révoltant. C’est le fondamentalisme islamiste qui l’a assassiné. Anne Hidalgo s’honorerait à faire modifier cette phrase qui choque nombre de Français », a écrit la présidente du RN sur Twitter.

…   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub