Premier week-end reconfiné : la grogne monte chez les commerçants partout en France - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


samedi 31 octobre 2020

Premier week-end reconfiné : la grogne monte chez les commerçants partout en France

Ce sont les "petits" contre les "gros". Partout en France, des commerçants dénoncent la fermeture de leurs magasins jugés "non-essentiels" quand les grandes surfaces sont ouvertes.

Premier week-end reconfiné : la grogne monte chez les commerçants partout en France

Par : Carole Gamelin | actu.fr

Moins de six mois après le déconfinement, les Français doivent à nouveau se cloitrer chez eux ce week-end. Mais une partie de la population, et notamment les petits commerçants, soutenus par des maires, s’affiche moins disposée à se plier aux règles

Les mesures de ce confinement allégé, entré en vigueur vendredi 30 octobre 2020, sont claires :

  1. comme au printemps, on ne peut « prendre l’air » que pendant une heure maximum et dans un rayon d’un kilomètre de son domicile
  2. les dérogations permettent aussi d’aller faire ses courses ou d’aller chez le médecin
  3. mais tous les restaurants, bars et commerces jugés « non essentiels » doivent garder le rideau baissé. Même si certains font de la résistance.

Ainsi, des maires de villes petites et moyennes (Perpignan, Brive, Beaune, Valence, Chalon-sur-Saône, Colmar etc.) ont pris des arrêtés autorisant l’ouverture des commerces non alimentaires sur leur commune, dénonçant l’« inégalité » de traitement face à la grande distribution et à la vente en ligne. Plusieurs préfectures ont demandé le retrait de ces arrêtés.

« Confinement, saison 2 »

Au marché populaire du Vieux Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), les allées sont pleines, les clients ne semblent pas préoccupés par le confinement et profitent du soleil.

Moustapha Rabi, brade ses roses à 50 centimes et ses oliviers à 15 euros. Il a obtenu une autorisation exceptionnelle pour liquider son stock de marchandise. « C’est dur en ce moment, je vais devoir jeter beaucoup de produits », se désole le fleuriste de 52 ans.

Pour Anas Ansour, boucher, « on s’habitue au confinement saison 2, on n’a pas le choix ».

Je veux juste qu’on me laisse travailler, j’en veux pas des 1500 euros de l’Etat. Les petits commerçants ne veulent pas de l’aide de l’Etat, on s’est toujours débrouillés seuls, il faut nous laisser travailler

Anas Ansour
Boucher

Du côté des instances professionnelles, la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) assure que « le commerce de proximité, déjà fragilisé par le commerce en ligne, est aujourd’hui en danger de mort ».

Les appels se multiplient pour la réouverture des librairies. Des éditeurs (Antoine Gallimard, Odile Jacob etc.), auteurs (Enki Bilal, Patrick Modiano etc.) et libraires ont signé une tribune parue dans le Monde samedi, demandant l’ouverture de ces commerces, des « lieu(x) sûrs) » grâce au protocole sanitaire mis en place ces derniers mois.

Tour de France de la contestation

En France, la journée de samedi a donc été rythmée par des prises de positions d’élus, des manifestations de commerçants pour défendre l’ouverture des commerces jugés « non-essentiels ».

Les maires d’Ile-de-France ne sont pas contents. Et ils l’ont exprimé dans une tribune publiée par l’association (Amif) qui les réunit. Ces élus estiment « qu’internet s’apprête à rafler la mise au détriment des petits commerces ».

Dans l’Oise, plusieurs maires ont pris des arrêtés pour permettre à leur commerces locaux d’ouvrir pendant le confinement. La préfecture leur demande de revenir sur leur décision.

En Bretagne, la Fnac de Saint-Brieuc, contrainte de fermer ses rayons culturels comme toutes les franchises de la marque en France, pointe du doigt la « concurrence déloyale » de la firme Amazon.

Nous ne sommes pas la bête noire. Et nous sommes pour la réouverture de toutes les librairies. La Fnac a signé la pétition. Pendant que nos commerces trinquent, Amazon a un boulevard ! Ils ont même commencé le Black Friday ! Ils représentent déjà un client sur dix, on craint qu'ils en captent encore davantage

Jérémy Petitbois
Directeur de la Fnac de Saint-Brieuc

En Ille-et-Vilaine, le président de la CCI demande même la fermeture des rayons non essentiels des grandes surfaces.

En Mayenne, des commerçants ont manifesté ce samedi pour rouvrir leurs boutiques. Manifestation prévue également demain à La Flèche dans la […]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub