Procès des attentats de 2015 : le mentor des Kouachi demande “pardon” aux familles des victimes - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut

dimanche 4 octobre 2020

Procès des attentats de 2015 : le mentor des Kouachi demande “pardon” aux familles des victimes

Entendu comme témoin, Farid Benyettou a reconnu une “responsabilité morale” dans le parcours des assassins de Charlie Hebdo.

Procès des attentats de 2015 : le mentor des Kouachi demande “pardon” aux familles des victimes

Par : valeursactuelles.com

Le procès des attentats de janvier 2015 se poursuit, et avec lui les témoignages douloureux pour les proches des victimes. Samedi 3 octobre, Farid Benyettou était entendu en tant que témoin dans l’attaque de Charlie Hebdo. Cet ex-mentor de Saïd et Cherif Kouachi, qui a joué un rôle clé dans la filière des Buttes-Chaumont, a reconnu une « responsabilité morale » dans le parcours meurtrier des deux frères, rapporte notamment Le Point. Il a également demandé « pardon » aux familles des victimes, sans convaincre les parties civiles.

« J’ai encouragé Chérif Kouachi dans son parcours de djihadiste »

« Mes premiers mots, je voudrais qu’ils soient pour les victimes et pour leurs proches : j’ai une part de responsabilité dans le parcours des frères Kouachi », a expliqué ce prédicateur de 39 ans. « J’aimerais revenir en arrière, réparer les choses, mais ce n’est pas possible… Sachez que je suis vraiment désolé », a-t-il ajouté. Figure de l’islam radical au début des années 2000, Farid Benyettou se présente désormais comme « repenti ». « A l’époque, je faisais office d’idéologue. J’ai encouragé Chérif Kouachi dans son parcours de djihadise, j’ai cautionné son départ en Irak en 2004… Je suis forcément lié à son parcours, même si je n’ai pas participé à ce qu’il a fait par la suite », a-t-il reconnu.

Considéré comme l’émir autoproclamé de la filière des Buttes-Chaumont, démantelée en 2005 et qui envoyait des djihadistes dans les rangs d’Al-Qaïda en Irak, Farid Benyettou a d’ailleurs été condamné en 2008 à six ans de prison dans le cadre du départ de Chérif Kouachi, qui avait été arrêté juste avant de passer la frontière. S’il indique avoir pris ses distances avec le cadet des deux frères à partir de 2014, l’idéologue explique n’avoir « jamais eu le courage de couper complètement »…   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub