Professeur décapité à Conflans : le CCIF réclame “le silence”, dénonce des récupérations “racistes” et porte plainte contre Zineb el-Rhazoui - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


dimanche 18 octobre 2020

Professeur décapité à Conflans : le CCIF réclame “le silence”, dénonce des récupérations “racistes” et porte plainte contre Zineb el-Rhazoui

Accusé d’avoir “participé à une campagne de harcèlement contre l’enseignant”, le Collectif contre l'islamophobie en France veut poursuivre Aurore Bergé et Zineb el-Rhazoui pour diffamation.

Professeur décapité à Conflans : le CCIF réclame “le silence”, dénonce des récupérations “racistes” et porte plainte contre Zineb el-Rhazoui

Par : valeursactuelles.com

La situation s’envenime pour le CCIF. Après la décapitation de Samuel Paty par un terroriste islamiste, le Collectif contre l'islamophobie en France est suspecté - par certains - d’avoir participé au harcèlement de ce professeur qui avait osé montrer des caricatures de Mahomet à ses élèves. Mais au lieu de s’expliquer, le CCIF a préféré demander le « silence » et accuser certaines personnalités de récupération « racistes ».

Dans un communiqué publié ce samedi 17 octobre, le CCIF s’en est pris à l’ex-journaliste de Charlie Hebdo Zineb el-Rhazoui. En réponse au tweet du collectif, elle avait déclaré qu’« une campagne de harcèlement a été menée contre lui (le professeur ndlr) avec l’aide du CCIF et l’académie en a été informée ». L'organisation islamiste a annoncé déposer plainte contre Zineb el-Rhazoui mais aussi contre la députée des Yvelines Aurore Bergé. Elle avait osé réagir après l’appel du CCIF : « Votre silence, oui. Pas le nôtre. Pas après cette chasse à l'homme à laquelle vous avez participé. Ça suffit. La République ne baissera ni la tête, ni la garde devant vous. » Les deux femmes vont donc faire l’objet d’une plainte pour « diffamation ». « Une simple enquête montrera que ces allégations sont fausses et d’une gravité extrême », a rédigé le CCIF dans son communiqué en réponse à Zineb el-Rhazoui et Aurore Bergé.

« Encore engorger les tribunaux avec leur pleurniche identitaire »

Toutefois, l’ex-journaliste de Charlie Hebdo n’a pas dit son dernier mot. « L’officine islamiste CCIF réagit à la décapitation de Samuel Paty en annonçant des poursuites judiciaires contre la députée Aurore Bergé et moi-même. Sans vergogne, ces fabricants de haine et d’islamisme veulent encore engorger les tribunaux avec leur pleurniche identitaire. » Zineb el-Rhazoui a ensuite invité « ceux qui ne pardonnent pas » au CCIF de reprendre ses propos afin de dénoncer « le sang qui a coulé en France à cause de l’accusation d’« islamophobie » que distribue cette officine islamiste en sachant que cela tue ». « Que le CCIF étende son djihad judiciaire à tous », a-t-elle conclu.

[…]   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub