Terrorisme islamique : la poudrière des mineurs isolés - docjeanno.fr ® revue de presse - actualité en continu

Breaking

Haut Pub [google]

Pub haut

vendredi 2 octobre 2020

Terrorisme islamique : la poudrière des mineurs isolés

Comme le confirme l'attaque devant l’ancien siège de Charlie Hebdo, les expertises réalisées à l’arrivée des mineurs isolés étrangers sont faillibles, jusqu'à menacer la sécurité des Français.

Terrorisme islamique : la poudrière des mineurs isolés

Par : La rédaction de Valeurs actuelles

L’auteur de l’attaque au hachoir devant l’ancien siège de Charlie Hebdo (XIe arrondissement), qui a fait deux blessés graves vendredi 25 septembre, est arrivé en France en 2018 sous le statut de mineur isolé. Hassan Ali, Pakistanais disant avoir moins de 18 ans, a donc été pris en charge par l’aide sociale à l’enfance (ASE) du Val d’Oise. Si l’administration doute de sa minorité, une décision du tribunal de Cergy-Pontoise confirme sa prise en charge par l’ASE, refusant l’expertise osseuse qui permettrait de définir son âge réel. Le terroriste venait d’être embauché comme peintre en bâtiment et pouvait prétendre à l’obtention d’une carte de séjour. Et ce, malgré son interpellation, cet été, arme blanche au poing, aux abords de la gare du Nord.

En garde à vue, Hassan Ali a revendiqué son passage à l’acte en protestation à la republication des caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo. L’homme n’était dans les radars d’aucun service antiterroriste. Les expertises réalisées à l’arrivée de ces mineurs isolés étrangers, réalisées au sein des préfectures comme dans les centres d’accueil des pays de provenance, sont faillibles. Pourtant, 40000 mineurs non accompagnés ont été pris en charge en France en 2019 et affluent à raison de 2000 à 3000 demandes par mois. D’autant que la loi asile et immigration facilite le regroupement familial pour les mineurs ayant obtenu le statut de réfugié. De quoi alimenter une véritable filière d’immigration de pseudo mineurs…

Depuis l’ouverture du procès des attentats de janvier 2015, la menace terroriste est montée en puissance. Endogène et imprévisible, du fait du démantèlement de Dae’ch, ce qui favorise la recrudescence de cas isolés. Depuis trois ans, 32 attentats ont été déjoués, dont un de grande ampleur, et dix attaques ont abouti. Le fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT) recense 8 132 individus. En 2019 et 2020, quelque 70 activistes islamistes sont sortis de prison, une soixantaine sera relâchée l’année prochaine… Après l’attentat, l’Élysée est resté mutique, prétextant réserver ses réactions au tant attendu discours sur le séparatisme qu’Emmanuel Macron prononcera le 2 octobre…   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub