Toulouse : un escape game propose de “ tuer ” Macron - docjeanno.fr ® Revue de presse

Breaking

Haut Pub [google]


Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


samedi 10 octobre 2020

Toulouse : un escape game propose de “ tuer ” Macron

Une salle de jeu de la Ville Rose permet à des joueurs d’incarner des kidnappeurs du président de la République. Et ils ont la possibilité de le “tuer” à la fin du jeu.

Toulouse : un escape game propose de “ tuer ”  Macron

Par : valeursactuelles.com

Le scénario suscite déjà une vive polémique. Comme le rapporte La Dépêche du Midi, une salle de jeu toulousaine propose aux visiteurs de revêtir le costume de kidnappeurs anarchistes qui séquestrent Emmanuel Macron dans un squat. « Nous sommes en guerre », « Ceux qui ne sont rien » : des phrases devenues cultes du Président résonnent dans les couloirs de la salle d’escape game. « J'ai eu l’idée de créer ce scénario avec des amis. Bien souvent, les salles d’escape game se basent sur des histoires avec des coffres. L’histoire de celui de Benalla faisait du bruit. On a voulu ironiser sur cette situation », explique la gérante dans les colonnes du quotidien régional.

Une fin de scénario choquante

Comme le précise La Dépêche, à l’issue du temps de jeu, le président attend les joueurs dans une pièce secrète. Emmanuel Macron est représenté le visage tuméfié, ligoté à une chaise roulante. « Nous proposons aux joueurs trois fins possibles : ils peuvent le libérer en prenant de la poudre de perlimpinpin, le mettre en prison en  saisissant le Code pénal ou le tuer en brandissant un cocktail Molotov fabriqué avec un bout de gilet jaune », poursuit la gérante de la salle Arkanes qui, tout en défendant la liberté d’expression, admet que ce scénario puisse choquer.

« Ce que propose l’escape game n’est pas sans risque. La gérante de l’endroit peut être poursuivie pour ‘outrage à une personne dépositaire de l’autorité publique’ et/ou ‘incitation à la violence’ », explique l’avocat Pascal Nakache tout en soulignant que « les risques sont minimes » …   LIRE L'ARTICLE COMPLET



Bas Pub